Celle qui sentait venir l’orage

Bonjour ! En cette journée ensoleillée je vais vous parler d’un nouveau livre à paraître début mai aux éditions Nathan.

 

 Electre_978-2-7485-1677-7_9782748516777

« 1897, au nord-est de l’Italie. Frida, une adolescente de quinze ans, fuit sa région natale en diligence. Ses parents, qu’on accuse de crimes odieux, ont été pendus deux jours plus tôt. La foule réclame à présent la tête de celle qu’on surnomme « la fille des démons ». Frida espère pouvoir trouver refuge à Bologne, dans la demeure du docteur Grüber, un célèbre médecin qui semble fasciné par son cas. »

Yves Grevet auteur de nombreux livres jeunesse nous propose ici une toute nouvelle histoire vraiment très intéressante. Nous suivons Frida, qui nous raconte son histoire de jeune fille dans une Italie très croyante. Cette jeune fille va tout faire pour prouver que ses parents étaient innocents. Elle va traverser beaucoup d’épreuves, être le cobaye d’un médecin, se transformer en garçon, enquêter dans des endroits peu fameux. C’est avec beaucoup de courage et de bravoure qu’elle va faire face à tout cela, tout en démontrant une détermination sans borne.

J’ai beaucoup apprécié la lecture de ce livre. Yves Grevet a une superbe écriture sans fioritures, franche et vraiment très agréable. C’est parfois simple mais vraiment très entraînant. Il emmène son lecteur en Italie, et cela donne véritablement l’impression d’y être, car il décrit les lieux d’une telle façon que l’imagination travaille et que l’on est dans Bologne et les autres villes que Frida traverse.

Le scénario est très complet et très bien ficelé, à aucun moment je ne suis arrivée à savoir si elle allait arriver au but qu’elle c’était fixé : prouver l’innocence de ses parents. Il y a beaucoup de retournements de situations, de surprises, ce qui fait que je suis restée accrochée au livre jusqu’à la fin. On finit par s’attacher aux personnages, à vouloir comprendre qui ils sont, même si Yves Grevet laisse une part de mystère autour de certaines personnes. Il y décrit aussi la dureté de la vie d’une jeune fille dans un couvent, des épreuves que Frida a traversé avec le médecin psychiatre à cause de qui elle subit des « consultations » expérimentales… Il y a parfois des moments assez durs où l’on a peur pour Frida.

La force de ce roman tient dans la détermination de cette jeune fille qui va tout faire pour s’en sortir, pour montrer à la population de sa région que ses parents étaient des gens biens, et c’est ça qui fait de Celle qui sentait venir l’orage un roman vraiment prenant que l’on pas envie de lâcher du début à la fin !

Publicités

L’histoire sans fin

Bonjour bonjour ! Aujourd’hui je vous fais partager un article que j’avais déjà écris pour un autre site. Redécouvrez un classique de la littérature jeunesse !

003158779

L’Histoire Sans Fin – Michael Ende (ed. Hachette jeunesse)

« Allongé dans le grenier poussiéreux de son école, Bastien s’évade entre les pages de sa dernière trouvaille : un vieux livre aux belles images, volé dans une boutique.Il raconte une histoire pas comme les autres, une Histoire Sans Fin, celle du Pays Fantastique où vivent des créatures étranges.Elfes nocturnes et escargots de course, loups-garous et dragons sont menacés par un mal mystérieux qui efface tout sur son passage…Bastien le comprend très vite : même Atréyu, le héros sans peur qu’il aime tant n’a pas la force d’arrêter le Néant.Un seul être est capable de sauver le Pays Fantastique : un enfant des hommes, venu d’un univers au-delà des frontières… Un enfant qui n’est peut-être pas si loin que ça. »

Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre unique, d’un livre formidable, incroyable et assez dingue. L’Histoire Sans Fin tout le monde en a déjà entendu parler. On sait où on découvre que le film des années 80-90 est tiré de ce bouquin. On s’en souviens comme d’une madeleine de Proust. On se souviens de Bastien, de ce bouquin qu’il lit dans un grenier, du médaillon et des serpents entrelacés, d’Atréyu, de son cheval, des monstres et des épreuves que le héros à du affronter. Bref on y pense comme d’une grande aventure. Toutefois, L’Histoire Sans Fin c’est bien plus que ça.

Bastien c’est ce petit garçon, un peu enveloppé qui décide de lire ce livre dans le grenier de son école pour échapper à ses camarades. C’est avec lui que l’histoire se créée, qu’elle vit et qu’elle se termine. Je trouve qu’on pourrait couper le livre en deux parties. La première partie commence par le vol du livre par Bastien et se termine lorsque la Petite Impératrice se retrouve avec Atréyu devant l’Auteur. La deuxième partie se concentre sur les aventures de Bastien au Pays Fantastique. Le livre est emprunt de magie, deux couleurs se mélangent dans le récit, l’une noire qui raconte l’histoire se passant au Pays Fantastique et une bleue qui nous narre les moments de réalité : les réactions de Bastien face aux péripéties vécues par Atréyu. De plus, j’ai appris que les 26 chapitres qui constituent le livre se découpent selon les 26 lettres de l’alphabet ! Je trouve que toute cette découpe est incroyable, on sent réellement la patte de l’auteur derrière toute cette construction littéraire. On se sent impliqué dans le récit en tant que lecteur.

L’autre aspect tout à fait formidable de ce livre c’est l’histoire en elle même. Il s’agit tout simplement de la grande aventure initiatique de deux garçons. Atréyu est obligé de vivre cette aventure car la Petite Impératrice sait qu’il doit la vivre pour pouvoir venir en aide au Pays Fantastique et à Bastien. Ce dernier doit vivre cette aventure pour grandir, pour aider son père à faire attention à lui et pour faire le deuil de la mort de sa mère. C’est une véritable école que le Pays Fantastique. De plus, chaque créature toute droit sortie de l’imagination de Michael Ende est un mélange de contes, de mythologies diverses, donc on a l’impression de les connaître, ce qui fait de L’Histoire Sans Fin un livre jeunesse et d’heroic-fantasy. L’écriture de Michael Ende est fluide, facile à comprendre, sans pour autant être infantilisante, elle est magique et nous entraîne jusqu’à la fin sans que l’on s’en rende compte.

Ce livre je l’ai découvert et aimé comme j’ai découvert et aimé Harry Potter. C’était nouveau et à la fois familier, c’était une expérience de lecture fabuleuse que je vous recommande chaudement !

L’Héritière

Bonjour à tous ! Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre que j’ai bien aimé, avec un univers vraiment sympa et qui m’a été envoyé par les éditions Gallimard.

product_9782070665457_244x0

L’Héritière – Melinda Salisbury (ed. Gallimard Jeunesse)

« A la cour du royaume de Lormere, Twylla, dix-sept ans, est l’élue promise au prince héritier, selon la volonté des dieux. Elle possède un don. Elle a le pouvoir de tuer tous ceux qu’elle touche : elle est l’arme parfaite ! La cruelle reine qui l’a adoptée la contraint à exécuter les traîtres. Nul ne peut approcher Twylla sans risquer sa vie. Jusqu’au jour où Lief, nouveau garde charmant et rebelle, fait vaciller la jeune fille dans sa foi et sa soumission… »

« L’Héritière » est la nouvelle trilogie de Gallimard, à paraître aujourd’hui ! Au départ je n’étais pas convaincue par le résumé et par la couverture. Puis, je me suis plongée dans ce livre sans en attendre grand chose. J’ai véritablement été surprise par cette nouvelle série qui cache bien son jeu.

Avec une écriture facile et entraînante l’auteur nous emmène au royaume de Lormere. Elle a réussi à construire tout un monde assez réaliste avec ses traditions et ses religions, son organisation politique et les différents peuples qui forment 3 royaumes, dont Lormere. Chaque personnage a un rôle bien définit qui fait de lui une pièce maîtresse du puzzle que constitue l’histoire de Twylla. Car l’héroïne c’est elle, et elle ne se doute pas de ce qui l’attend. Cette jeune fille devait avoir une vie bien différente, elle devait devenir Mangeuse de pêchés et suivre la voie de sa mère une fois adulte mais la Reine en a décidé autrement. Twylla est une Daunen, fille des deux dieux vénérés par le peuple de Lormere. Elle sera la fiancée du Prince et assurera le rôle de bourreau des traîtres à chaque nouvelle Lune. Elle est toujours protégée par deux gardes. L’un de ses gardes la suit depuis 7 ans, c’est son bras droit, son pilier, tout en la respectant et en entretenant une distance avec elle, c’est lui qu’elle considère comme un « ami ». L’autre garde ne la connait pas aussi bien et change toutes les deux ou trois lunes, car la Daunen fait peur. Un simple effleurement et c’est la mort. Puis un jour avec Lief, jeune garde étranger remplace ce dernier. Pour la jeune fille c’est comme un nouveau départ. Elle revit, se réjouit et prend goût à la vie. Jusqu’à ce qu’une terrible révélation lui soit faite, à ce moment la vie de Twylla bascule pour toujours.

L’une des plus grande forces de ce roman est que l’auteur a créé un monde de toutes pièces. Pour une fois ce n’est ni un monde apocalyptique, ni un monde futuriste et ça c’est quand même pas donné dans la littérature pour ados. D’autre part, comme dit au début de cet article, l’auteur a une écriture très simple et entraînante ce qui fait qu’on ne s’ennuie pas. Enfin, tout au long de la lecture on pense être menés d’un point A à un point B, de façon tout à fait logique, mais en fait PAS DU TOUT. A la fin du premier tome, le retournement de situation est tel que j’ai dû relire tout un passage pour être sûre de moi ! Toutefois, c’est un roman pour adolescents, et j’avoue que le passage de séduction entre Lief et Twylla, puis le triangle amoureux avec le Prince m’a beaucoup fait pensé à « La Sélection » de Kiera Cass. Ces passages ne font pas partis de ce que j’ai le plus aimé.

C’est un roman plaisant, une nouvelle saga dans un nouveau monde, avec de nouvelles intrigues plutôt différentes des best-sellers romans ados actuels. Un bon livre pour les vacances !

Sans titre 1

Bonjour à tous !

Voici mon nouveau terrain de jeux ! Cela faisait longtemps que j’avais envie de changer de plateforme et wordpress m’est apparue comme la meilleure des solutions. Pratique, simple d’utilisation et gratuit, cette plateforme offre beaucoup de possibilités !

Vous voici donc sur Pumpkinbean ! Le haricot de citrouille ce qui ne veut absolument rien dire mais l’association des deux mots anglais me plaît. Ici je pense me consacrer à n’importe quoi, à savoir tout et rien en même temps ! Je compte publier quelques uns de mes anciens articles rédigés autre part (comme sur RougeMoutarde).

J’espère que cette nouvelle ambiance vous plaira et je vous souhaite à tous la bienvenue !