L’histoire sans fin

Bonjour bonjour ! Aujourd’hui je vous fais partager un article que j’avais déjà écris pour un autre site. Redécouvrez un classique de la littérature jeunesse !

003158779

L’Histoire Sans Fin – Michael Ende (ed. Hachette jeunesse)

« Allongé dans le grenier poussiéreux de son école, Bastien s’évade entre les pages de sa dernière trouvaille : un vieux livre aux belles images, volé dans une boutique.Il raconte une histoire pas comme les autres, une Histoire Sans Fin, celle du Pays Fantastique où vivent des créatures étranges.Elfes nocturnes et escargots de course, loups-garous et dragons sont menacés par un mal mystérieux qui efface tout sur son passage…Bastien le comprend très vite : même Atréyu, le héros sans peur qu’il aime tant n’a pas la force d’arrêter le Néant.Un seul être est capable de sauver le Pays Fantastique : un enfant des hommes, venu d’un univers au-delà des frontières… Un enfant qui n’est peut-être pas si loin que ça. »

Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre unique, d’un livre formidable, incroyable et assez dingue. L’Histoire Sans Fin tout le monde en a déjà entendu parler. On sait où on découvre que le film des années 80-90 est tiré de ce bouquin. On s’en souviens comme d’une madeleine de Proust. On se souviens de Bastien, de ce bouquin qu’il lit dans un grenier, du médaillon et des serpents entrelacés, d’Atréyu, de son cheval, des monstres et des épreuves que le héros à du affronter. Bref on y pense comme d’une grande aventure. Toutefois, L’Histoire Sans Fin c’est bien plus que ça.

Bastien c’est ce petit garçon, un peu enveloppé qui décide de lire ce livre dans le grenier de son école pour échapper à ses camarades. C’est avec lui que l’histoire se créée, qu’elle vit et qu’elle se termine. Je trouve qu’on pourrait couper le livre en deux parties. La première partie commence par le vol du livre par Bastien et se termine lorsque la Petite Impératrice se retrouve avec Atréyu devant l’Auteur. La deuxième partie se concentre sur les aventures de Bastien au Pays Fantastique. Le livre est emprunt de magie, deux couleurs se mélangent dans le récit, l’une noire qui raconte l’histoire se passant au Pays Fantastique et une bleue qui nous narre les moments de réalité : les réactions de Bastien face aux péripéties vécues par Atréyu. De plus, j’ai appris que les 26 chapitres qui constituent le livre se découpent selon les 26 lettres de l’alphabet ! Je trouve que toute cette découpe est incroyable, on sent réellement la patte de l’auteur derrière toute cette construction littéraire. On se sent impliqué dans le récit en tant que lecteur.

L’autre aspect tout à fait formidable de ce livre c’est l’histoire en elle même. Il s’agit tout simplement de la grande aventure initiatique de deux garçons. Atréyu est obligé de vivre cette aventure car la Petite Impératrice sait qu’il doit la vivre pour pouvoir venir en aide au Pays Fantastique et à Bastien. Ce dernier doit vivre cette aventure pour grandir, pour aider son père à faire attention à lui et pour faire le deuil de la mort de sa mère. C’est une véritable école que le Pays Fantastique. De plus, chaque créature toute droit sortie de l’imagination de Michael Ende est un mélange de contes, de mythologies diverses, donc on a l’impression de les connaître, ce qui fait de L’Histoire Sans Fin un livre jeunesse et d’heroic-fantasy. L’écriture de Michael Ende est fluide, facile à comprendre, sans pour autant être infantilisante, elle est magique et nous entraîne jusqu’à la fin sans que l’on s’en rende compte.

Ce livre je l’ai découvert et aimé comme j’ai découvert et aimé Harry Potter. C’était nouveau et à la fois familier, c’était une expérience de lecture fabuleuse que je vous recommande chaudement !

Publicités

3 commentaires sur « L’histoire sans fin »

  1. Ce livre, je l’ai lu il y a… (aïe, je compte)… presque 25 ans, peu après avoir vu le 1er film et j’avais adoré. Bon, j’avais suivi l’histoire comme on la suit à 8 ans, mais j’en garde un souvenir tendre et émerveillé, de ceux qu’on sait que ça restera une histoire et un univers marquants pour moi.
    Le passage de la mort d’Artax, aussi bien que dans le film que dans le livre, restera l’un des moments les plus tristes que j’ai pu lire ou voir…
    Bref, ta chronique m’a bien donné envie de le relire!
    Bises

    J'aime

    1. Je peux te le prêter ! Hachette a ressorti une superbe version reliée avec une écriture bleue lorsque Bastien agit et une écriture noire pour l’histoire. C’est assez formidable !

      J'aime

  2. J’adore ce livre et pourtant, je l’ai lu il y a tellement longtemps que je ne m’en souviens presque plutôt – du coup, il a récemment fait sa réapparition dans ma PAL ! Mais L’Histoire sans fin laisse une telle impression qu’on ne peut pas l’oublier, d’autant plus qu’on a été baigné dedans entre le film – tellement kitsch que j’adore le regarder encore aujourd’hui ! – et la série de dessin animée qui finissait toujours par cette phrase culte… Et j’aime beaucoup les thèmes que tu en dégages, je trouve qu’ils sont très justes et ça me donne encore plus envie de m’y replonger !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s