Les déceptions de Pumpkinbean

Un article pas comme les autres cette fois-ci ! En effet, je suis libraire, je lis donc pas mal et il m’arrive parfois d’essuyer quelques déceptions. Et oui ! La littérature jeunesse est une chouette littérature mais parfois elle n’est pas à la hauteur de ce qu’on attend ! Je vais donc vous parler ici de deux livres pour ados (parce que oui la littérature pour ado constitue l’essentiel de mes lectures), qui m’ont passablement ennuyée. Je ne vais pas m’étendre trop sur chaque critique, quand on trouve un livre moins bien qu’un autre ça ne sert à rien de appesantir dessus.

 

1856438517

Le dernier chant – Eva Wiseman

« Grenade, Espagne, 1491. Isabel de Cardosa va avoir quinze ans. Fille d’un médecin très en vue à la cour royale, elle sera bientôt en âge de se marier et est promise à un avenir radieux. Ses parents ont d’ailleurs toujours voulu son bien. Or les voilà qui insistent soudain pour qu’elle se fiance avec Luis de Carrera, un jeune homme grossier, violent, voire cruel. Pour marquer cet engagement, ils commandent un bijou précieux : une alouette d’or dans une cage d’argent. Mais cette union suffirait-elle à protéger Isabel et à assurer sa situation ? En Espagne à cette époque, l’Inquisition traque les Juifs et les conversos, ceux qui se sont convertis récemment au christianisme. Sous la conduite de l’effroyable Torquemada, les officiers catholiques emprisonnent des gens, brûlent des livres, sèment la terreur. Isabel comprend que la cage risque de se refermer sur elle et sur sa famille. Comment y échapper ? Confrontées à la violence et au racime (Le pantin), à l’exil (Si loin de chez soi), les jeunes héroïnes des romans d’Eva Wiseman ne baissent jamais les bras. Il en va de même pour Isabel, la jeune héroïne du Dernier chant, prise dans les tourments de l’Inquisition dans l’Espagne du XVe siècle. »

Ce résumé m’a plutôt attirée. L’Inquisition, l’Espagne, le XVe siècle ne sont pas des sujets qui sont souvent abordés dans les livres pour ados. Je me suis donc lancée dans cette lecture avec un certain entrain ! Au début j’ai bien aimé, c’était bien écrit, plutôt intéressant. Le personnage principal ne me plaisait pas outre mesure mais l’univers dont elle faisait partie était bien construit. La jeune fille qui se crois chrétienne, doit se marier à un catholique de longue date pour asseoir sa position sociale et de bonne catholique dans une Espagne en pleine Inquisition. Elle découvre qu’en fait sa famille est juive. Un choc énorme pour cette jeune fille.

Honnêtement, le pitch est bien construit, mais c’est vers le milieux du livre que ça se gâte. Isabel tombe amoureuse d’un juif, ne veut plus se marier à Luis de Carrera car c’est une grosse brute perverse (oui bon ça on le sait depuis le début), elle veut connaître sa religion de naissance, etc. BREF, elle se rebelle. Le problème c’est que son père se fait torturer et tout et tout, elle doit aller voir le Grand Inquisiteur, tout ça tout ça. Ca m’a ENNUYÉE ! Parce que le personnage principal est ennuyeux, parce qu’elle est niaise, irréfléchie et même si parfois les ados de 15-16 ans sont comme ça ce n’est pas la peine d’en faire une caricature grossière. A mon avis sous l’Inquisition espagnole, la plupart des gens filaient droits. Je sais que c’est de la fiction, que c’est inventé mais franchement, l’histoire a finie par m’ennuyer parce que c’était cousu de fils blancs et la fin pouvait se deviner à des kilomètres. Il peut être lu parce qu’il est intéressant pour le contexte historique.

 

9782092554012

L’année solitaire – Alice Oseman

« – Mais t’es qui, toi ?
Il se fige devant moi et annonce d’une voix caverneuse :
– Je m’appelle Michael Holden.
Michael Holden.
– Et toi, qui es-tu, Victoria Spring ?
Je ne trouve rien à répondre, parce que c’est précisément ce que je répondrais : rien. Je suis du néant. Du vide. Je ne suis rien.
Soudain, la voix du proviseur retentit et je me tourne vers le haut-parleur.
Quand le silence revient, je baisse le regard et la salle est vide. J’ouvre mon poing et dans ma main, il y a le Post-it SOLITAIRE.CO.UK. Je ne sais pas à quel moment il est passé de celle de Michael Holden à la mienne, mais c’est un fait.
Ça doit être là que tout a commencé. »

Donc voilà c’est l’histoire de Tori, qui rencontre Michael qui est bizarre. Le frère de Tori, Charlie, a des « problèmes » et Lucas l’ancien meilleur ami de Tori débarque au lycée. Avant, Tori était joyeuse, délirait avec sa copine Becky qui ne parle désormais que des garçons. Voilà en gros ce qu’il se passe. Un roman ado classique depuis que « Nos Etoiles Contraires » est devenue LA SEULE référence d’histoires de vie en littérature jeunesse. Pour une fois, c’est sympa ça se passe en Angleterre et pas dans un lycée américain. Des histoires comme celle-ci il en sort au moins une cinquantaine dans l’année, mais bon ça me changeait de lire ça du coup je me suis lancée.

Cette histoire est sans intérêt. La seule chose qui est vraiment sympa c’est le site Solitaire.co.uk qui  fait rentrer Internet dans la littérature ado comme un événement particulier, comme nous le vivons aujourd’hui. Ce que fait ce site Internet est plutôt innovant, donc ça c’était bien. Toutefois les personnages sont d’une superficialité assez dingue. Tori est déprimée en permanence, écoute de la musique triste pour se sentir triste, marmonne sans arrêt, etc TROP COOL ! Becky ne pense qu’aux garçons, Michael est soit disant le mec « bizarre » que le personnage principal déteste mais qui en fait est trop cool, Lucas est le discret hipster amoureux transit et frustré et Charlie est le frère gay et psychotique. C’est tellement CLICHÉ que ce livre m’a presque déprimée. Le personnage principal est tellement pessimiste que ça m’a rendue pessimiste aussi. Bref, le niveau est assez bas. Après, ça a été écrit par une jeune fille de 18 ans, donc bon. Certains auteurs classiques ont écrit des œuvres qui sont aujourd’hui des chefs-d’oeuvre mais c’est probablement parce qu’à cette époque les auteurs écrivaient ce qu’ils vivaient et ressentaient au plus profond de leur coeur avec une connaissance de la langue qui manque souvent à certains auteurs aujourd’hui. Ici, cette jeune fille a certainement vécut les même choses que ses personnages mais honnêtement ça manque clairement de substance.

 

Si vous avez envie de lire ces livres je serais curieuse de savoir ce que vous en avez pensé. N’hésitez pas à réagir !

Publicités

Un commentaire sur « Les déceptions de Pumpkinbean »

  1. L’année solitaire c’était sûr que je n’allais pas le lire et ton avis entérine le mien. Je ne supporte pas John Green et les histoires de ce genre…l’angoisse.
    Par contre je suis déçue du premier parce qu’il avait l’air bien! Snif.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s