Film – Le Livre de la Jungle

Salut à tous !

J’inaugure cette nouvelle rubrique avec un live-action movie de chez Disney. Qu’est-ce qu’un live action movie ? C’est un film en images « réelles ». Chez Disney, la plupart des films avec lesquels nous avons tous plus ou moins grandis sont des films d’animation. Depuis quelques temps, Disney réalise de nouvelles adaptations de ses propres dessins animés.

Le premier a été Alice au pays des Merveilles, mais c’était encore un peu différent des deux suivants, à savoir Cendrillon et Le Livre de la Jungle. Je vais donc vous parler du deuxième qui est le dernier que j’ai vu au cinéma.

Que dire sur cette adaptation d’adaptation ? Et bien…

J’ai tout simplement adoré ! On y retrouve ce qui fait le charme du dessin animé, cette histoire initiatique d’un petit d’homme qui souhaite rester dans la jungle dans laquelle il a grandi malgré la menace de Sheer-Khan, le tigre qui cherche à se venger des hommes.

L’animation des animaux y est pour beaucoup dans le fait que j’ai vraiment apprécié, ils sont beaux, ils sont doublés par un casting royal et les acteurs choisis collent parfaitement à leurs personnages. Je trouve que Bagheera est vraiment très réussi, les autres animaux également, mais j’ai une certaine affection pour cette panthère noire au grand coeur. De plus, c’est Ben Kingsley qui fait le doublage, et sa voix offre une nouvelle dimension au personnage. Le(la ?) plus dingue reste Kaa, doublé par Scarlett Johansson, qui nous offre une voix sensuelle et hypnotique. Sheer-Khan est doublé par ce cher Idris Elba, qui en fait un personnage menaçant, vicieux et dangereux, une belle réussite aussi ! Je ne vous parlerai pas du roi Louie et de Baloo, je vous laisse la surprise !

J’ai eu écho de personnes ayant lu le livre de Kipling et ayant vu le premier dessin animé de la maison Disney. Ils s’accordent à dire que c’est une très bonne adaptation, fidèle à la fois au livre et à l’esprit du dessin animé. Je ne veux pas en dire de trop pour ne pas gâcher la surprise à ceux qui ne l’auraient pas vu mais attendez-vous à des passages assez sympathiques.

Et vous, qu’en avez-vous pensé ?

Petite note : Je trouve le concept de live action movie plutôt sympa, ça permet de redécouvrir l’univers de Disney sous une autre forme que le dessin animé. Ce qui est plus embêtant, c’est que comme toute grosse firme, je me doute que le but principal de cette affaire est d’engranger plus de sous, toujours plus de sous. C’est dommage mais bon, ça permet a des dessins animés de mon enfance de prendre « vie » et moi, et bah j’aime bien !

Mes madeleines de Proust littéraires

Hi Pumpkins !

Aujourd’hui je vais vous parler de livres (pour changer), mais de livres particuliers. Vous connaissez la madeleine de Proust ? Il s’agit, d’après le dictionnaire Larousse d’un « objet, odeur, saveur, etc., qui fait surgir une série de souvenirs anciens ». On trouve ce passage dans « Du côté de chez Swann« , premier tome de « A la recherche du temps perdu« . En voici un extrait :

Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais, je tressaillis, attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause. Il m’avait aussitôt rendu les vicissitudes de la vie indifférentes, ses désastres inoffensifs, sa brièveté illusoire, de la même façon qu’opère l’amour, en me remplissant d’une essence précieuse: ou plutôt cette essence n’était pas en moi, elle était moi. J’avais cessé de me sentir médiocre, contingent, mortel. D’où avait pu me venir cette puissante joie ? Je sentais qu’elle était liée au goût du thé et du gâteau, mais qu’elle le dépassait infiniment, ne devait pas être de même nature.

Ce dont je voudrais vous parler aujourd’hui c’est de ces livres qui sont une sorte de madeleine de Proust pour moi, ceux qui me remplisse d’une nostalgie douce et enfantine.

Harry Potter – J.K. Rowling

10311678

J’ai découvert Harry Potter quand j’étais en sixième, j’ai grandi avec, j’ai construis ma passion de la lecture avec ces livres. C’est avec cette saga que j’ai commencé à lire sous la couette. Je guettais le moment où mes parents se couchaient, j’éteignais ma lampe et je continuais à lire avec ma petite lampe de poche. Je me souviens d’après-midi à lire dans ma chambre, je lisais à table, dans la voiture, partout. Grâce à Harry Potter j’ai découvert la magie, les histoires de dingues qui me tenaient en haleine jusqu’à la fin du livre, l’attente impossible entre chaque nouveau tome publié. L’univers de J.K. Rowling me faisait me sentir bien et je crois que c’est ça que j’aime le plus quand je les relis. J’ai l’impression de me retrouver un peu chez moi à Poudlard.

Heartland – Lauren Brooke

9782266099608FS 9782266099615FS

Chaque petite fille a sa passion, la mienne c’était l’équitation et surtout les chevaux. J’ai lu cette saga totalement par hasard, simplement parce que ça parlait de chevaux. Mais cette série c’est bien plus que ça pour moi. C’est le premier livre qui m’a fait aimé la lecture, c’est cette saga qui m’a permis de me dire que « Harry Potter » serait facile à lire. « Heartland » c’est vraiment mon enfance, cette série m’a fait découvrir qu’il existait plusieurs sorte de méthodes de dressage, qu’il fallait écouter les chevaux plutôt que les maîtriser. Tout ça peut paraître très niais, mais c’est grâce à « Heartland » que je me suis intéressée à ces méthodes et que j’ai découvert de superbes histoires. J’ai appris récemment que les livres avaient été adaptés en série TV, je me suis mise à la regarder et même si c’est complètement différent, certains épisodes reprennent fidèlement la trame de certains tomes alors j’y retrouve une certaine nostalgie.

Orgueil et Prejugés – Jane Austen

Ce livre c’est un livre-doudou pour moi. Je relis « Orgueil et Prejugés » au moins une fois par an, c’est le bouquin grâce auquel j’éprouve toujours énormément d’émotions même si je connais certains passages par coeur. Je l’ai lu après avoir vu son adaptation filmée de 2005, malgré ça, j’ai imaginé mes propres personnages. Retrouver les Bennet c’est comme retrouver une partie de mon adolescence, une partie joyeuse et chouette (pas cette partie un peu moche que tout le monde vit à cette période). Le relire c’est aussi relire indéfiniment l’histoire d’Elizabeth et Darcy, être énervée par les crises de Mrs. Bennet, être amusée par Mr. Bennet, bref être toujours émerveillée par l’écriture de Jane Austen. Je crois que c’est le livre dont je ne me lasserais jamais (enfin j’espère).

Et vous, avez-vous des madeleines de Proust littéraires ?

Beignets de tomates vertes – Fannie Flagg

Hello Pumpkins !

Aujourd’hui je vais vous présenter un livre qui me tient particulièrement à coeur. « Beignets de tomates vertes » de Fannie Flagg a été adapté au cinéma et j’ai toujours connu le film mais pas le livre. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas vu le film (depuis presque 10 ou 15 ans haha), alors j’ai sauté sur l’occasion lorsque j’ai vu le livre.

wp-1462877313094.jpg

« Au sud de l’Amérique profonde, en Alabama, un café au bord d’une voie ferrée… Ninny, quatre-vingt-six ans, se souvient et raconte à Evelyn les histoires incroyables de Whistle Stop. Et Evelyn, qui vit très mal l’approche de la cinquantaine et sa condition de femme rangée, découvre un autre monde. Grâce à l’adorable vieille dame, elle peut enfin se révéler, s’affirmer… Une chronique nostalgique et tendre, généreuse et colorée, pleine de saveur et d’humour. Un baume au coeur, chaud et sucré.« 

J’ai vraiment adoré ma lecture ! Le livre se découpe de plusieurs façons. L’histoire commence avec la rencontre d’Evelyn et de Ninny Threadgoode dans la maison de retraite où cette dernière n’est, semble-t-il, que de passage. Elle commence à discuter avec une Evelyn au bout du rouleau. On suit à la fois l’histoire de Whistle Stop avec les histoires des Threadgoode et du café, mais aussi l’histoire d’Evelyn Couch, de certains habitants de la petite ville à Brimingham, etc. Ce qui est très particulier avec « Beignets de tomates vertes » c’est la multitude de personnages auxquels on s’attache très facilement. Tous ont une histoire plus ou moins extraordinaire, qui remplit ce roman de couleurs et d’émotions.

Ce livre est un véritable témoignage de la vie en Alabama au début de la crise de 1929 jusqu’aux années 1970, en pleine ségrégation raciale dans l’un des Etats les plus durs envers la population noire. Il y a différentes intrigues qui enrichissent énormément le côté historique du roman. On se concentre un peu plus sur la vie des Threadgoode, notamment autour d’Idgie et de sa personnalité. J’ai été très touchée par cette femme, garçon manqué, par Ruth et Stump et nombre de personnages et leurs histoires.

Fannie Flagg a trouvé un joli moyen de nous entraîner dans cette merveilleuse vie de Whistle Stop. En effet, elle a choisi de se faire rencontrer Mrs. Couch et Ninny Threadgoode. Elles sont toutes deux très différentes, la première est négative au départ alors que la deuxième respire le positif. Cette rencontre détonante est le centre même du roman. C’est une histoire intergénérationnelle et ça m’a beaucoup plu.

« Beignets de tomates vertes » est un livre qu’on pourrait qualifier de « doudou« , la lecture est un vrai plaisir, on se sent bien dès qu’on le lit et qu’on retrouve ces personnages si attachants. C’est une histoire très nostalgique, avec un bon fond, qui fait de ce roman un « feel good book« .

Book Haul avril 2016

Bonjour les petites citrouilles

Je reviens aujourd’hui pour vous parler de mes nombreux achats du mois d’avril. Je crois n’avoir jamais autant acheté de livres en un seul mois. Je ne pas su résister aux multiples tentations livresques et en plus de ça on m’a aussi permis d’obtenir des livres, et je remercie Robert Laffont de m’avoir permise de profiter de certains ouvrages, Michel Lafon pour avoir organisé une vente privée où j’ai pu trouver deux livres que souhaitais lire depuis un moment, à moindre coups. Enfin, je remercie une très chère amie libraire qui m’a fait parvenir deux livres jeunesse qui ont l’air géniaux.

IMG_20160428_123453

Chez Michel Lafon

Le Palais des Ombres – Maxence Fermine

« Paris, dans les années 1960. Nathan, un marionnettiste d’une trentaine d’années, apprend le décès soudain de son père avec lequel il était brouillé depuis plus de vingt ans. Cet ex-romancier à succès au caractère ombrageux lègue à son fils Le Palais des Ombres, une demeure à la sinistre réputation dont tous les propriétaires sont morts dans d’étranges circonstances, ainsi qu’un contrat signé en lettres de sang avec un éditeur sulfureux qui contraint Nathan à livrer un manuscrit dont il n’a jamais entendu parler. Commence alors pour le jeune homme à la vie jusqu’ici plutôt terne une quête incroyable et inquiétante, pour retrouver ce manuscrit qui suscite, semble-t-il, bien des convoitises. Une quête peuplée d’ombres qui révélera de lourds secrets familiaux liés aux heures sombres de l’Occupation. Car Le Palais des Ombres est bien plus qu’une simple maison, il regorge de faux-semblants et de pièges que Nathan devra déjouer pour découvrir sa véritable identité…« 

C’est un livre que j’avais très envie de lire depuis sa sortie, mais je n’en avais jamais eu l’occasion. J’espère qu’il sera à la hauteur de mes attentes !

Les mensonges ne meurent jamais – Séverine de la Croix

« Paris, 17 octobre 2013. Après deux jours sans nouvelles de sa femme Manon, Nicolas décide de signaler sa disparition à la police. Mais très vite, ce qu’il croyait n’être qu’une formalité pour lancer des recherches devient une enquête complexe qui va faire voler en éclats l’apparente respectabilité d’une famille d’aristocrates prêts à tout pour cacher leurs secrets les plus terribles.
Paris, neuf jours plus tôt. Au détour d’une banale conversation entre amis, Manon comprend par le plus grand des hasards que son oncle Thomas, prétendument parti terminer ses études en Angleterre, a en réalité été accusé et condamné pour viol aggravé sur mineure. Sous le choc de cette découverte, plutôt que de s’en ouvrir à son mari, et sans avertir personne, elle part chercher seule des explications auprès des siens. Pourquoi lui a-t-on caché la vérité ? Et quel rôle ont joué sa mère et surtout sa grand-mère maternelle, la très respectable Louise Hagier de Hautefeuille qui, bien qu’atteinte d’Alzheimer, fait régner la terreur sur toute sa famille ?
Nicolas et Manon pourront-ils faire face aux douloureuses révélations qui les attendent ? Un roman au suspens haletant, d’une remarquable finesse d’analyse.« 

Celui-ci je l’ai pris un peu par hasard, il m’a l’air plutôt sympa, j’ai très envie d’attendre l’été pour le lire, je pense que ce sera un chouette livre pour les vacances !

Le chant du rossignol – Kristin Hannah

« France, 1939. Dans un village de la Loire, Vianne Mauriac fait ses adieux à son mari qui part au front et se retrouve seule avec sa fille. Très vite, elle est forcée d’accueillir un officier allemand sous son toit. Et fait le choix de protéger sa fille avant la liberté de son pays… Sa sœur Isabelle, 18 ans, s’installe à Paris le jour de l’entrée des Allemands dans la ville. Impétueuse et pleine d’idéaux, elle s’engage dans la Résistance sous le nom de code « Le Rossignol ». Deux sœurs, deux destins. Chacune jouant sa propre survie dans la France occupée par les Nazis.« 

MyPrettyBooks en a tellement bien parlé que j’ai eu envie de m’y plonger !

Chez Robert Laffont

Quelqu’un comme toi – Xavier Bosch

« Gina préfère les frilosités d’une vie tranquille aux dangers du grand amour. Puis un jour, un inconnu sonne chez elle. Dans un livre acheté chez un bouquiniste, il a trouvé un message : « Appelle-moi », suivi d’un numéro de téléphone et d’une adresse. Curieux, il est venu voir. Gina reconnaît l’écriture de Paulina, sa mère, morte alors qu’elle même n’était qu’une enfant.
Surprise, elle part sur les traces de Paulina à Paris, ville mythique qui depuis toujours accueille les amants. Là, elle découvre la passion intense, d’une immense générosité, qui lia sa mère, jeune bourgeoise mariée, à un galeriste parisien. Elle en sera transformée.« 

Brooklyn – Colm Toibin

« Enniscorthy, Irlande, années 1950. Comme de nombreuses jeunes femmes de son âge, Eilis Lacey ne parvient pas à trouver du travail. Par l’entremise d’un prêtre, on lui propose un emploi en Amérique, à Brooklyn. Poussée par sa famille, Eilis s’exile à contrecoeur. Au début, le mal du pays la submerge. Mais comment résister aux plaisirs de l’anonymat, à l’excitation de la nouveauté ? Loin du regard de ceux qui la connaissent depuis toujours, Eilis goûte une sensation de liberté proche du bonheur. Puis un drame familial l’oblige à retraverser l’Atlantique. Au pays, Brooklyn se voile de l’irréalité des rêves. Eilis ne sait plus à quel monde elle appartient, quel homme elle aime, quelle vie elle souhaite. Elle voudrait ne pas devoir choisir, ne pas devoir trahir.« 

Je remercie infiniment les Editions Robert Laffont pour ces deux merveilleux livres ! Je voulais absolument lire « Brooklyn » avant de voir le film et « Quelqu’un comme toi » me faisait de l’oeil depuis un moment.

Romans jeunesse :

Lorelei en Finistère – Emmanuelle Caron

« C’est la fin de l’été. Joachim prend son dernier bain de mer. Une mélancolie lui serre le coeur : la rentrée approche et il craint d’être rejeté, comme il l’a toujours été. Depuis l’enfance, Joachim est en proie à des crises et des visions étranges, qui font de lui le souffre douleur idéal. Une année particulière commence pour lui. Il a dû quitter sa mère malade et partir vivre avec son grand-père. C’est l’occasion d’un nouveau départ. Mais l’accueil qu’il reçoit au collège Saint-Pol-Roux est glacial. Il se réfugie alors dans la poésie, les récits de marins et les promenades sur la lande.Il fait aussi la connaissance de Stéphane, une fille énigmatique et attirante qui ressemble à une princesse gothique. Un jour, Joachim la surprend aux abords du château en ruine dont il a fait son repaire. Elle se cache, elle a peur. Elle est poursuivie par des assaillants inconnus. Joachim l’emmène à la Salle Verte, un endroit propice aux secrets. Cela pourrait bien être le début d’une belle histoire d’amour. Ou alors… le début d’une haletante course-poursuite.« 

De la jeunesse, la Bretagne, quoi de plus pour me donner envie de lire ce livre ?

Le coeur des louves – Stéphane Servant

« Célia et sa mère, une écrivaine à succès en panne d’écriture, reviennent vivre dans la maison de leur grand-mère, morte depuis des années, au cœur d’un village perdu dans les montagnes. Leur retour est mal vécu par certains, comme s’il ravivait de vieilles histoires enfouies. Le cœur des louves est un roman impressionnant, flirtant avec le fantastique pour décortiquer les secrets d’une communauté fermée sur elle-même.
Pour grands adolescents.« 

J’ai un autre livre de Stéphane Servant mais je tenais d’abord à lire celui-ci. J’aime beaucoup lire les livres dans leur ordre chronologique de parution. Ça me permet de suivre l’auteur dans son style.

Je remercie ma chère amie libraire qui me les a procurés !

Romans en poche :

Academy Street – Mary Costello

« Tess a sept ans lorsque sa mère meurt de la tuberculose. Nous sommes en Irlande dans les années 40, dans le vaste domaine familial d’Easterfield. Avec cette perte, se creuse en l’enfant silencieuse une solitude fondamentale. 
Tess a vingt ans lorsque des études d’infirmière la poussent à Dublin ; peu après, sa sœur Claire lui propose de venir tenter comme elle sa chance à New York. La vaste métropole et le tourbillon des années 60 emportent la timide jeune femme vers son destin.« 

Je l’ai vu sur le compte Twitter des éditions Points et j’ai tout de suite eu envie de me le procurer. L’Irlande, les années, puis New York et les années , il en fallait peu pour me convaincre !

L’amie prodigieuse – Elena Ferrante

«  « Je ne suis pas nostalgique de notre enfance : elle était pleine de violence. C’était la vie, un point c’est tout : et nous grandissions avec l’obligation de la rendre difficile aux autres avant que les autres ne nous la rendent difficile. »
Elena et Lila vivent dans un quartier pauvre de Naples à la fin des années cinquante. Bien qu’elles soient douées pour les études, ce n’est pas la voie qui leur est promise.
Lila abandonne l’école pour travailler dans l’échoppe de cordonnier de son père. Elena, soutenue par son institutrice, ira au collège puis au lycée. Les chemins des deux amies se croisent et s’éloignent, avec pour toile de fond une Naples sombre, en ébullition.« 

C’est un ancien collègue libraire qui me l’a mit dans les mains et qui m’a dit « lis le », il me tentait déjà depuis un moment, alors je n’ai pas pu dire non.

Americanah – Chimamanda Ngozi Adichie

« En descendant de l’avion à Lagos, j’ai eu l’impression d’avoir cessé d’être noire.»
Ifemelu quitte le Nigeria pour aller faire ses études à Philadelphie. Jeune et inexpérimentée, elle laisse derrière elle son grand amour, Obinze, éternel admirateur de l’Amérique qui compte bien la rejoindre.  Mais comment rester soi lorsqu’on change de continent, lorsque soudainement la couleur de votre peau prend un sens et une importance que vous ne lui aviez jamais donnés?  Pendant quinze ans, Ifemelu tentera de trouver sa place aux États-Unis, un pays profondément marqué par le racisme et la discrimination. De défaites en réussites, elle trace son chemin, pour finir par revenir sur ses pas, jusque chez elle, au Nigeria.« 

Ça fait une éternité que je voulais le lire, j’ai attendu qu’il sorte en poche et le voilà enfin dans ma PAL !

Les Débutantes – J. Courtney Sullivan

 » « Bree, Celia, April et Sally avaient quitté leurs chambres de bonnes et emménagé à l’étage principal. Elles laissaient leurs portes ouvertes pendant la journée et criaient simplement pour se parler. Elles se vautraient sur les divans du salon après le repas du soir, se racontant des ragots et se lisant à voix haute des passages du New Yorker et de Vogue. » Elles se sont connues et aimées à l’université de Smith, haut lieu de la culture féministe. Le temps, le mariage, la vie d’adulte les ont séparées, jusqu’à la disparition de l’une d’entre elles. Face aux déceptions de l’existence, rien n’est plus précieux que les souvenirs et les amies des années de fac. Bree, Celia, April et Sally vont s’en rendre compte.« 

J’avais très envie de connaître la plume de cet auteur alors je me suis laissée tenter par son premier roman. J’ai hâte de découvrir cette auteur !

J’espère que ce book haul vous a plu ! Je croise les doigts pour ne pas en faire en mai, histoire que mon portefeuille se remette un peu d’aplomb !