L’héritage des rois passeurs – Manon Fargetton

Bonjour bonjour les citrouilles !

Si vous m’avez suivie sur Twitter ces derniers temps, vous avez pu remarquer que j’ai beaucoup parlé d’un certain livre. Ce dernier est incroyable, il n’est pas comme les autres, une jolie perle fantasy, un roman poignant et impressionnant dans sa qualité d’écriture, son scénario, et ses personnages hauts en couleur ! Bref, vous pouvez devinez mon avis, mais je vais vous expliquer pourquoi je pense tout ça :

« Ombre, univers peuplé de magie, et Rive, le monde tel qu’on le connaît, sont les deux reflets déformés d’une même réalité. Énora est unique : elle peut traverser d’un monde à l’autre. Lorsque sa famille est brutalement décimée par des assassins masqués, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l’atteindre. Au royaume d’Ombre, sur la terre de ses ancêtres. Là-bas, Ravenn, une princesse rebelle, fait son retour après neuf ans d’exil passés à chasser les dragons du grand sud. Sa mère, la reine, est mourante. Ravenn veut s’emparer de ce qui lui revient de droit : le trône d’Ombre. Et elle n’est pas la bienvenue. Deux mondes imbriqués. Deux femmes fortes, éprouvées par la vie. Deux destins liés qui bouleverseront la tortueuse histoire du royaume d’Ombre…« 

Ces derniers temps, j’ai vraiment eu du mal à trouver des livres qui me donnent envie d’aller jusqu’au bout. Non pas que je trouve ces romans mauvais, bien au contraire, mais je crois que cela tiens au fait que j’ai beaucoup de choses qui me trottent dans la tête et du coup je suis sans doute moins attentive à mes lectures. Sauf que, ces derniers temps j’ai eu une envie de fantasy, j’ai donc pioché dans ma PAL le très beau « L’héritage des rois passeurs » que j’avais très envie de lire depuis un bon moment. J’ai bien fait ! Après 5 livres mis en pause, j’ai dévoré celui-ci ! C’est un énorme coup de coeur pour moi !

Dès les premières lignes on plonge directement un royaume inconnu, où l’on découvre Ravenn voltigeuse de renom dans des contrées éloignées. On comprend rapidement que son identité est toute autre et l’on dirige donc vers la capitale du royaume : Astria. En parallèle on va découvrir Enora et sa personnalité bien trempée de retour en Bretagne. Un événement des plus tragiques va faire découvrir le royaume d’Ombre à Enora et deux frères, rencontrés peu de temps avant. L’arrivée sera difficile, semée d’embûches, pleine de zones d’ombre. On apprend également que nombres de personnages cherchent à servir leurs propres intérêts pour garder le pouvoir entre leurs mains.

Ce que j’ai tout de suite apprécié c’est la facilité avec laquelle j’ai réussi à complètement m’immerger dans « L’héritage des rois passeurs« . C’est dû, notamment, à la qualité d’écriture de Manon Fargetton. Sa plume est belle et claire, elle va droit au but, ne s’encombre pas de fioritures inégales comme ça peut parfois être le cas en fantasy. Sa façon d’amener certaines situations est vraiment intéressante, elle le fait avec subtilité et force. On se rend compte qu’à de nombreuses fois, elle nous a mené en bateau et c’est ça qui est vraiment génial ! On ne sait jamais si l’opinion qu’on se fait de certains personnages est fondée ou non, j’ai beaucoup aimé cet aspect du roman.

Manon Fargetton propose une histoire proche de celle de « La quête d’Ewilan » (oui désolé je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement), tout en se concentrant sur plusieurs personnages centraux, il n’y a pas qu’une seule héroïne qui cherche à sauver un royaume mais plusieurs avec chacun une personnalité bien définie, un caractère bien trempé, ils portent le roman de la première à la dernière page. Bien que j’ai adoré le personnage de Ravenn, je n’ai pas trop aimé Enora, j’ai préféré Charly et Julian que je trouve formidables. Jana, quant à elle est spéciale et je n’ai pas réussi à savoir si je l’aimais bien ou pas, mais Hank reste mon personnage préféré, totalement emprunt de mystère, il ne divulguera son jeu que plus tard. L’auteur aborde le thème LGBT, l’amour impossible, le choix d’embrasser son destin de souverain, celui de la vengeance, etc. Des thèmes qui sont forts et poignants et certains passages m’ont serrée le coeur. Je trouve qu’il y a énormément de sincérité dans ce roman.

Entre complots et mystères, le suspense est à son comble jusqu’à la dernière page. Le scénario est très bien ficelé et l’enchaînement des situations est tel que l’on ne s’ennuie jamais. Ce qui m’a beaucoup plu c’est que ce roman va nous parler d’histoires de famille, de la responsabilité de nos actes, de la moralité d’une vengeance : des thèmes assez profonds, entourés d’une aura étrange et fantastique. Car Manon Fargetton a construit une belle mythologie et une belle histoire autour du royaume d’Astria, c’est très intéressant et ça donne vraiment envie d’en savoir plus !

Vous l’aurez compris c’est un véritable coup de coeur pour moi. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu de fantasy, notamment car je trouvais que certains romans manquaient de dynamisme, ici c’est tout à fait le contraire : les actions s’enchaînent, les personnages sont travaillés, il y a du suspens jusqu’au bout ! Je suis vraiment contente d’avoir lu ce livre, de m’être laissée porter par cette fabuleuse histoire. Je conseille ce livre à tous ceux qui souhaiteraient découvrir le genre « fantasy« .

Ma note : ★★★★★
Coup de coeur

P-S : Le petit plus, une superbe mise en page de la maison d’édition Bragelonne !

Publicités

Le Passeur – Lois Lowry

Coucou les citrouilles !

Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre lu il y a quelques années, qui est et restera l’un des livres les plus bouleversants que j’ai lu : Le Passeur de Lois Lowry.

« Le monde dans lequel vit Jonas est bien éloigné du nôtre : une société où la notion d’individu n’existe pas. Plus surprenant encore : ses membres ne ressentent rien. Ni amour ni haine viennent bousculer leur quotidien. Les gens ne meurent pas non plus. Ils sont « élargis ». Tout comme le héros de cette histoire – un garçon de douze ans – le jeune lecteur brûlera de savoir ce qui se cache derrière ce terme si obscur. « 

Ce livre m’a bouleversée, non pas uniquement parce qu’il s’agit d’une dystopie, qui vous remue les méninges en un rien de temps, mais surtout parce qu’il s’agit avant tout d’un livre pour enfant. C’est la toute la puissance du livre. C’est écrit de façon simple, sans élucubrations ni hyperboles. Les phrases sont courtes, l’auteur va à l’essentiel et c’est ce qui fait que l’on est prit par l’intrigue du début à la fin.

Dès le départ on est plongé dans ce monde sans couleur, sans émotions, sans vagues. Tout ce qu’on sait c’est que lorsqu’un bébé n’est pas assez fort, lorsque l’on désobéit plus de 3 fois au règlement et que l’on est un ancien, on est élargit, c’est-à-dire qu’on va vers l’Ailleurs, sauf qu’on ne sait pas du tout ce qu’est l’Ailleurs. Toute l’intrigue de ce livre tourne autour de ce qu’il s’est passé avant que les couleurs ne soient perdues, mais également de ce qui se passe après un élargissement. J’ai beaucoup aimé comme Jonas est présenté. Au début, il semble neutre, suit sa famille mais quelque chose est un peu différent chez lui, sa curiosité sans doute. C’est ce qui va sceller son destin, et nous apprendre toute la vérité. Ce qui m’a bluffée, c’est toutes les questions qui sont abordées dans ce livre. L’auteur va aborder les thèmes du libre arbitre, des choix que nous devons faire, des souvenirs, de la mémoire, etc. C’est très poignant, sachant que le livre est conseillé à partir de douze ans. 

Une dystopie pour des enfants c’est assez impressionnant, je ne m’attendais pas à ce que cela soit aussi fort. C’est simple, sans fioritures, mais ça vous serre le coeur. C’est philosophique, poignant mais surtout très troublant.

Ma note : ★★★★★

Coup de coeur

P-S : J’avoue que je n’ai pas vu le film et je ne sais pas si j’ai envie de le voir malgré un casting très alléchant. J’ai peur d’être terriblement déçue…

Film – Le Guépard

Hi pumpkins !

Vous l’aurez sans doute vu, je me suis lancée un défi pour cet été, celui d’agrandir ma culture cinématographique et littéraire. J’ai commencé ce challenge avec le film « Le Guépard » de Luchino Visconti sorti en 1963 et adapté du livre écrit par Giuseppe Tomasi di Lampedusa.

Le-Guepard

« En 1860, tandis que la Sicile est submergée par les bouleversements de Garibaldi et de ses Chemises Rouges, le prince Salina se rend avec toute sa famille dans sa résidence de Donnafugata. Prévoyant le déclin de l’aristocratie, ce dernier accepte une mésalliance et marie son neveu Tancrède à la fille du maire de la ville, représentant la classe montante. »

Monument de l’histoire du cinéma et palme d’or à Cannes, « Le Guépard » et l’un des films que je souhaitais revoir. Oui, je l’avais déjà vu mais c’était il y a très longtemps et je n’avais pas le recul nécessaire pour apprécier un film comme celui-ci.

ptg02080776

Tout d’abord, j’ai été impressionnée par les moyens mis en oeuvre pour réaliser cette oeuvre. Il ne faut pas oublier qu’aujourd’hui avec tous les moyens techniques dont dispose le cinéma, on peut facilement s’arranger pour créer des décors en images de synthèse et filmer sur fonds verts. A l’époque de la sortie de ce film, en 1963, tous les décors sont créés de toutes pièces ou réalisés en prise de vues réelles. Cela donne donc un film grandiose.

Guépard-mort

Autant vous dire que l’interprétation des acteurs n’a rien à voir avec celle d’aujourd’hui. Cela peut paraître parfois un peu surjoué, mais c’était le style de l’époque et dois avouer que j’aime énormément les vieux films à cause de ce jeu d’acteur. Burt Lancaster est à la perfection le prince Salina, ce « Guépard », qui veille sur sa famille, qui protège son neveu et qui voit sa vie défiler face à celle de Tancrède. C’est l’un des personnages les plus émouvants, car derrière sa froideur, son masque de dureté, se cache un père de famille, un noble qui cherche à protéger ses terres et son île. Alain Delon incarne quant à lui le jeune premier dans toute sa splendeur. Il est beau, jeune et fier. Claudia Cardinale est juste bluffante. Elle est belle, impressionnante et dégage quelque chose d’inouï.

Le Guepard Il Gattopardo 1963 real : Luchino Visconti Alain delon Claudia Cardinale Burt Lancaster COLLECTION CHRISTOPHEL

L’histoire quant à elle est vraiment intéressante. Il s’agit d’un pan de l’histoire de l’Italie que je connaissais pas, cela m’a intriguée et j’ai appris beaucoup de chose sur la création de l’Italie d’aujourd’hui. Mais c’est aussi une très belle histoire d’amour entre Tancrède et Angelica. C’est une pure histoire romanesque, et c’est beau.

Bref j’ai beaucoup aimé ce monument de l’histoire du cinéma.

Ma note : ★★★★

Film – Me Before You

Coucou les citrouilles !

Je suis enfin allée voir l’adaptation cinématographique du beau roman « Avant toi » de Jojo Moyes.

imagine-dragons-sur-la-b-o-du-film-avant-toi-me-before-you-20920566

« Lou est une fille ordinaire qui mène une vie monotone dans un trou paumé de l’Angleterre dont elle n’est jamais sortie. Quand elle se retrouve au chômage, elle accepte un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. Malgré l’accueil glacial qu’il lui réserve, Lou va découvrir en lui un jeune homme exceptionnel, brillant dans les affaires, accro aux sensations fortes et voyageur invétéré. Mais depuis l’accident qui l’a rendu tétraplégique, Will veut mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.« 

tumblr_o9sr3nHp1G1sacjtfo1_540

J’avais hâte de voir ce film et j’avais aussi énormément d’appréhension. Voir l’adaptation d’un livre que l’on a apprécié est toujours un peu stressant. Le réalisateur aurait-il interpréter le roman de la même façon que moi ? Les acteurs colleront-ils à la peau de leur personnage ? Bref, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. J’avais vu la bande-annonce depuis un moment, j’y suis donc allée assez vierge de toute rumeur ou distraction concernant le film.

tumblr_o72vvhHzwl1tkuq2lo2_500

Et bien… J’ai beaucoup aimé ! J’ai retrouvé le rythme du livre, l’humour que j’avais aimé, l’ambiance si propre à ce roman. Tout commence exactement comme dans le livre, et je crois que c’est qui m’a fait comprendre que le film serait vraiment une bonne adaptation. S’il est vrai que certains passages ne sont pas présents, j’ai trouvé que ce n’était pas plus mal. Le seul bémol est que j’ai trouvé certains passages assez longs. J’ai trouvé qu’à certains moments ce n’était pas aussi approfondi que dans le livre. Vous me direz, c’est normal, il s’agit d’un film d’environ deux heures, mais il m’a manqué un petit quelque chose.

tumblr_o9ng4cKoIr1u2ursyo4_500

Gros point positif, Emilia Clarke. Elle interprète Louisa comme si c’était elle, elle est naturelle, drôle et sincère. Je suis vraiment très heureuse de son jeu et je trouve que Sam Claflin fait un superbe Will Traynor. Le couple fonctionne très bien. Les autres acteurs sont tous très bons et c’est avec plaisir que j’ai vu Jenna Louise Coleman, Brendan Coyle, Charles Dance, Janet McTeer mais surtout Matthew Lewis. Bref, une belle brochette d’acteurs que j’adore !

12

Vous l’aurez compris, j’ai beaucoup aimé. L’interprétation des acteurs, les paysages, l’humour ont réussi à me faire sourire. C’est un film aussi délicieux qu’une bonne pâtisserie.

Ma note : ★★★★

Le petit défi 2016

petitenote

Bonjour à tous !

Mise à jour

J’avais dis que je prendrais l’été pour regarder des classiques de l’histoire du cinéma mais finalement je vais poursuivre le challenge jusqu’à fin 2016. Me trouvant d’une impressionnante pauvreté culturelle en matière de films, j’espère pouvoir combler une partie de mes lacunes en me gavant de vieux films. Je ne compte pas le faire de manière organisée, ça sera suivant mon humeur et mes envies ! Et oui, adepte du slow-blogging je compte me faire plaisir avant tout !

Je re-regarde actuellement la très chouette série Gilmore Girls et Rory et Lorelaï, les deux personnages principaux, se font toujours des soirées ciné avec de nombreux classiques. Je compte donc regarder certains des films qui apparaissent dans la série.

Je compte vous présenter les films bien entendu, je prévois de faire une petite liste située dans cet article, que j’essaierai de tenir à jour.

Si vous avez des suggestions à me faire n’hésitez pas !

Films vus

Rosalie Blum – Camille Jourdy

Bonjour les citrouilles !

Je vais vous parler d’une superbe BD que j’avais déjà lue il y a de cela 3 ou 4 ans. J’ai eu un coup de coeur pour celle-ci à l’époque, et lorsque je l’ai vue en vente je n’ai pas pu résister. J’avais un petit coup de mou et c’était l’occasion pour relire ce titre qui m’avait fait beaucoup de bien.

« Une petite ville de province pour un singulier trio composé de Rosalie, Aude et Vincent.
Une rencontre inattendue pour ces personnages dont les modes de vie sont bien différents. Derrière l’intrigue, le portrait psychologique de trois solitaires un peu dépressifs : Vincent qui envisage après trente ans de couper le cordon ombilical, Rosalie Blum qui ne cesse de noyer un passé noir et douloureux dans le whisky et Aude qui se laisse aller aux hasards de la vie. Cette rencontre les aidera-t-elle à vaincre leurs démons ?« 

Très honnêtement je ne sais pas par où commencer. Je suis toujours un peu bouleversée quand je parle d’une oeuvre que j’ai adoré. Rosalie Blum, c’est avant tout l’histoire de gens comme vous et moi, de gens simples, qui cachent de lourds secrets et qui, au hasard d’une rencontre, d’un échange de regards, nous font prendre conscience que la vie est belle et que l’imprévu peut tout changer. C’est une BD sur les gens, leurs habitudes, sur la colère, la fainéantise, la peur, mais également la curiosité et la compassion. Ce sont ces personnages qui font toute la force de ce livre.

Camille Jourdy a une plume sensationnelle et une coup de crayon sensible et d’une superbe simplicité. Elle arrive avec de simples esquisses, de simples traits à peindre des expressions intenses sur ses personnages. Les couleurs utilisées apportent énormément de douceur à l’histoire.

Ce qu’il faut savoir c’est qu’il s’agit d’une histoire en trois temps. On suit d’abord Vincent et sa curiosité pour Rosalie Blum, puis Aude, la nièce de Rosalie va à son tour prendre la parole et suivre Vincent à son tour pour finir sur les trois protagonistes, mais je vais m’arrêter là pour ne rien vous dévoiler. L’histoire est assez lente mais c’est ce qui fait son charme. Tous les petits détails sont présents dans ce livre et enrichissent les personnages et leur vie.

Cette BD est magique, elle m’a fait un bien fou et m’a sortie de mon petit blues. Les couleurs, les paysages, les personnages, bref tout dans cette BD me touche, me rappelle quelque chose et m’entraînent dans un univers que j’aime énormément.

Mon avis : ★★★★★

Coup de coeur ♥

Slow blogging

Bonjour les citrouilles !

Aujourd’hui je vais vous parler d’un concept, d’un état d’esprit et même d’une « philosophie » pour le blog. J’en ai entendu parlé grâce à Filipa du blog On Your Left, mais aussi grâce à Fée Lire, que je remercie car je n’avais jamais vraiment poser de mots sur cet « état », que je considère aujourd’hui comme indispensable. Attention, je ne blâme personne et je reste très admirative du travail que font certains blogueurs, mon envie est tout simplement différente.

Qu’est ce que le Slow-blogging ?

Selon Livre de Lire, « En deux mots, il s’agit de bloguer quand on veut, et surtout comme on veut, en refusant l’ensemble des contraintes des éventuels partenaires commerciaux (comme les éditeurs, par exemple), et revenir ainsi à une notion essentielle, et bien souvent complexe à préserver sur un blog, même avec la meilleure volonté du monde : la notion de plaisir. » C’est véritablement ce que je fais depuis que j’ai créé ce blog. J’avoue que pour mes anciens blogs, lorsque que j’avais moins de visites, lorsque je n’avais aucun commentaire, cela me rendait nerveuse. Je me demandais pourquoi, qu’est ce que je n’avais pas fait de bien, est-ce que j’étais vraiment faite pour ça ?

Pourquoi suis-je adepte du Slow-blogging ?

Aujourd’hui, en créant Pumpkinbean, j’ai décidé que cela devait changer. Je n’ai plus envie de me dire « mince, comment faire pour avoir des partenaires ? » ou « si je fais ça, est-ce que j’aurais plus de visites ?« . Pour moi aujourd’hui, le fait d’avoir un blog, de publier, c’est avant tout pour vous faire partager mes découvertes, pour échanger autour de choses qui me tiennent à coeur. Ce qui est agréable c’est que cela me procure bien moins de pression, j’ai plus de temps pour découvrir des livres, des musiques, des films qui me font véritablement envie. C’est le plaisir qui prime avant les visites, les partenariats. Bref, cela me permet de revenir à l’essentiel.

Je crois qu’aujourd’hui le plus important pour moi c’est de continuer à découvrir la culture dans tous ses états pour le plaisir. Attention, je ne blâme personne, c’est mon choix. Je suis en admiration devant tous ces blogueurs et blogueuses qui arrivent à tout faire, à satisfaire tout le monde. Cela représente un travail énorme, et je pense simplement que ce n’est pas ma façon de faire.

wp-1467631109166.jpg

Si vous voulez en savoir plus sur le Slow-blogging je vous conseille ces quelques sources :