Carrie – Stephen King, du livre au film de Brian de Palma

Bonjour les citrouilles ! 

J’avais mis dans ma PAL d’Halloween ce livre de Stephen King que je souhaitais découvrir depuis un moment. Je n’avais jamais vu le film de Brian de Palma, ni le remake, j’avais donc l’opportunité de le lire avant de voir l’adaptation. Je dois vous dire que j’ai vraiment adoré ma lecture mais qu’elle m’a laissé un sentiment étrange car l’ambiance est malsaine et lugubre. J’ai tout de suite après avoir terminé ma lecture, vu le film de Brian de Palma, considéré comme l’un des plus grands films du cinéma d’horreur et de suspens. Croyez-le ou non, j’ai détesté, je vous explique pourquoi à la fin de l’article.

Carrie, de Stephen King

wp-1479297433366.jpg

Nom : Carrie
Auteur : Stephen King
Editeur : Livre de Poche
Pages : 288
Date : 1974
Prix : 7,10€
Site Editeur

resume

« Carrie White, dix-sept ans, solitaire, timide et pas vraiment jolie, vit un calvaire : elle est victime du fanatisme religieux de sa mère et des moqueries incessantes de ses camarades de classe. Sans compter ce don, cet étrange pouvoir de déplacer les objets à distance, bien qu’elle le maîtrise encore avec difficulté… Un jour, cependant, la chance paraît lui sourire. Tommy Ross, le seul garçon qui semble la comprendre et l’aimer, l’invite au bal de printemps de l’école. Une marque d’attention qu’elle n’aurait jamais espérée, et peut-être même le signe d’un renouveau !« 

monavis

Je dois vous avouer qu’à la base, je m’étais donné pour objectif de le lire pendant la période d’Halloween. Malheureusement, je ne lis pas assez vite et j’ai donc reporté ma lecture. Je n’étais pas spécialement motivée par cette lecture, non pas que je n’aime pas l’auteur ou le sujet du livre, mais j’avais un petit manque de motivation. En effet, j’avais déjà lu l’un de ses romans, « Ça » tome 1 et j’avais été captivée par son écriture. Pour autant pas de motivation. Mais dès que j’ai commencé et dépassé les 50 premières pages, je ne pouvais plus m’arrêter ! Attention aux spoilers !

Carrie est une jeune fille qui subit un calvaire depuis petite. Elle est le bouc émissaire de ses camarades de classe et ne se rebelle jamais. Sa mère est une fanatique religieuse qui n’hésite pas à enfermer sa propre fille pendant des heures dans un placard afin qu’elle expie ses péchés. De quoi être un peu tourmentée en permanence. L’histoire commence sur cette fameuse scène, où la jeune femme se fait jeter des tampons et serviettes hygiéniques à la figure alors qu’elle découvre qu’elle a ses règles, des événements étranges se déclenchent. On comprend plus tard que Carrie possède un don de télékinésie depuis sa naissance et que de nombreux événements de son enfance sont dus à ce don. Elle essaie tant bien que mal de survivre à toutes ces pressions quotidiennes. Un jour un élève très populaire, Tommy Ross l’invite au bal du lycée, Carrie voit alors ses rêves devenir réalité. Mais c’est sans compter sur la jalousie et l’inhumanité dont peuvent faire preuve les jeunes lycéennes…

Comme toute lecture dont l’auteur est Stephen King, on accroche facilement à son écriture et à sa capacité à nous emporter où bon nous semble. Il a une façon d’introduire le suspens et le lugubre dans ses romans qui est vraiment incroyable. L’histoire nous emporte et l’on s’attache facilement à Carrie malgré le fait qu’elle semble se laisser faire. On se sent révolté face à l’attitude de ses camarades, face à l’hystérie de sa mère.

J’ai trouvé que cette lecture était très particulière parce que je me suis parfois sentie oppressée et très mal à l’aise…La vie de Carrie est vraiment horrible et parfois misérable. J’ai apprécié l’attitude de Sue et Tommy, qui pour moi sont des adolescents gentils et honnêtes, je me suis vraiment attachée à eux. Chris et Billy sont des gens affreux, haineux envers ceux qui se montent contre eux, surtout Chris. Ils fomentent un plan absolument horrible, simplement pour se venger. Margaret, la mère de la jeune femme, est complètement folle, elle semble presque possédée. Sa passion religieuse amène une tension presque palpable tout au long du récit. J’ai été très troublée par la relation que Carrie et sa mère entretiennent. Margaret semble avoir peur de sa fille et tente de la réduire à moins que rien. Elle croit que le diable est partout et estime l’humanité comme un nid à démons. J’ai vraiment détesté le personnage de la mère.

J’ai beaucoup aimé ma lecture malgré le lugubre et le malsain, car après tout c’est Stephen King ! Ce qui est assez impressionnant, c’est la façon dont on ressent la tension monter. On sait d’avance qu’une catastrophe s’est passée, grâce aux extraits de livres, de journaux et de rapports qui alimentent le récit, et cela entretien le suspens du début à la fin. Si vous avez envie de frissonner, lisez-le !

05

Carrie, de Brian de Palma

04

resume

« Tourmentée par une mère névrosée et tyrannique, la vie n’est pas rose pour Carrie. D’autant plus qu’elle est la tête de turc des filles du collège. Elle ne fait que subir et ne peut rendre les coups, jusqu’à ce qu’elle ne se découvre un étrange pouvoir surnaturel.« 

monavis

Tout d’abord je dois vous dire que je n’ai pas aimé ce film. Non pas qu’il est mal réalisé ou que les acteurs ne sont pas bons, bien au contraire, c’est simplement que comparé au livre je l’ai trouvé très simpliste. Je sais très bien que l’on ne peut pas espérer ressentir les mêmes choses lorsque l’on lit un livre et lorsque que l’on regarde un film. Toutefois, j’aurais aimé ressentir plus de choses. Que je m’explique.

Le personnage de Carrie est très bien travaillé, assez bien exploité. On sent que la jeune fille est troublée, brimée, un peu trop innocente, qu’elle se laisse clairement faire sans jamais rien dire. Les autres lycéens sont plutôt réussis aussi, malgré ça, il y a d’autres personnages que je n’ai pas du tout aimé, notamment la mère de Carrie. C’est clairement le personnage le moins réussi à mon goût. Elle n’est pas assez « fanatique » pour moi, dans le roman, pas assez hystérique et j’ai clairement l’impression que ses accès de religion sont trop surjoués… Cela m’a un peu gâché le film car la moitié du roman repose sur la relation entre Carrie et sa mère et on ne ressent pas du tout ça dans le film.

Autre chose, je ne sais pas si c’est parce que le film a mal vieillit ou si c’est moi qui suis insensible mais là où durant ma lecture j’ai ressenti énormément d’émotions, telle que la peur, l’angoisse, etc lors du visionnage du film, je n’ai pas ressenti ça. Et ce n’est pas parce que je connaissais déjà l’histoire, mais parce que concrètement, ça ne fait pas spécialement peur.

Voilà, malgré quelques bons points, le reste du film n’a pas su me surprendre, j’ai été assez déçue.

02

Publicités

3 commentaires sur « Carrie – Stephen King, du livre au film de Brian de Palma »

  1. Je n’ai toujours pas lu ce Stephen King ni vu le film de De Palma dont on m’a pourtant dit le plus grand bien. Je pense que c’est quand même le genre de King que je dois apprécier car c’est dans ce genre d’ambiance que je l’aime.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s