Throwback Thursday Livresque

Bonjour les citrouilles !

On est jeudi et comme tous les jeudi c’est Throwback Thursday ! C’est un rendez-vous livresque créé par la très chouette BettieRoseBooks ! Chaque semaine elle proposera un thème et il s’agira de présenter un livre, les souvenirs que nous en avons ou qu’il nous a apporté, qui correspondra à celui-ci.

Thème de la semaine : Livre de Noël

wp-1482436477095.jpg

resume

« C’est la veille de Noël, les rues sont animées et chacun prépare joyeusement le réveillon. Le vieux Scrooge, avare et solitaire, est furieux. Il refuse l’invitation de son neveu et s’enferme chez lui. C’est alors que le fantôme de son ancien associé lui apparaît, suivi bientôt de trois autres spectres, plus inquiétants les uns que les autres. Scrooge est entraîné malgré lui dans un fabuleux voyage à travers le temps.« 

souvenir

Je crois qu’on ne saurait rêver mieux pour un livre sur le thème de Noël ! A vrai dire, j’ai découvert cette histoire à travers l’un de mes films d’enfance et de Noël préféré : « Le Noël de Mickey ». Ce qu’en a fait Disney est formidable et respecte vraiment bien l’oeuvre de Dickens, mais à vrai dire je ne suis pas objective du tout ! J’adore l’ambiance de ce contre, et au delà même de l’histoire de fantômes qui est une tradition anglaise, la morale de cette histoire est magnifique, et ce livre reste pour moi un doux souvenir d’enfance.

 

Le Passeur – Lois Lowry

Coucou les citrouilles !

Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre lu il y a quelques années, qui est et restera l’un des livres les plus bouleversants que j’ai lu : Le Passeur de Lois Lowry.

« Le monde dans lequel vit Jonas est bien éloigné du nôtre : une société où la notion d’individu n’existe pas. Plus surprenant encore : ses membres ne ressentent rien. Ni amour ni haine viennent bousculer leur quotidien. Les gens ne meurent pas non plus. Ils sont « élargis ». Tout comme le héros de cette histoire – un garçon de douze ans – le jeune lecteur brûlera de savoir ce qui se cache derrière ce terme si obscur. « 

Ce livre m’a bouleversée, non pas uniquement parce qu’il s’agit d’une dystopie, qui vous remue les méninges en un rien de temps, mais surtout parce qu’il s’agit avant tout d’un livre pour enfant. C’est la toute la puissance du livre. C’est écrit de façon simple, sans élucubrations ni hyperboles. Les phrases sont courtes, l’auteur va à l’essentiel et c’est ce qui fait que l’on est prit par l’intrigue du début à la fin.

Dès le départ on est plongé dans ce monde sans couleur, sans émotions, sans vagues. Tout ce qu’on sait c’est que lorsqu’un bébé n’est pas assez fort, lorsque l’on désobéit plus de 3 fois au règlement et que l’on est un ancien, on est élargit, c’est-à-dire qu’on va vers l’Ailleurs, sauf qu’on ne sait pas du tout ce qu’est l’Ailleurs. Toute l’intrigue de ce livre tourne autour de ce qu’il s’est passé avant que les couleurs ne soient perdues, mais également de ce qui se passe après un élargissement. J’ai beaucoup aimé comme Jonas est présenté. Au début, il semble neutre, suit sa famille mais quelque chose est un peu différent chez lui, sa curiosité sans doute. C’est ce qui va sceller son destin, et nous apprendre toute la vérité. Ce qui m’a bluffée, c’est toutes les questions qui sont abordées dans ce livre. L’auteur va aborder les thèmes du libre arbitre, des choix que nous devons faire, des souvenirs, de la mémoire, etc. C’est très poignant, sachant que le livre est conseillé à partir de douze ans. 

Une dystopie pour des enfants c’est assez impressionnant, je ne m’attendais pas à ce que cela soit aussi fort. C’est simple, sans fioritures, mais ça vous serre le coeur. C’est philosophique, poignant mais surtout très troublant.

Ma note : ★★★★★

Coup de coeur

P-S : J’avoue que je n’ai pas vu le film et je ne sais pas si j’ai envie de le voir malgré un casting très alléchant. J’ai peur d’être terriblement déçue…

L’histoire sans fin

Bonjour bonjour ! Aujourd’hui je vous fais partager un article que j’avais déjà écris pour un autre site. Redécouvrez un classique de la littérature jeunesse !

003158779

L’Histoire Sans Fin – Michael Ende (ed. Hachette jeunesse)

« Allongé dans le grenier poussiéreux de son école, Bastien s’évade entre les pages de sa dernière trouvaille : un vieux livre aux belles images, volé dans une boutique.Il raconte une histoire pas comme les autres, une Histoire Sans Fin, celle du Pays Fantastique où vivent des créatures étranges.Elfes nocturnes et escargots de course, loups-garous et dragons sont menacés par un mal mystérieux qui efface tout sur son passage…Bastien le comprend très vite : même Atréyu, le héros sans peur qu’il aime tant n’a pas la force d’arrêter le Néant.Un seul être est capable de sauver le Pays Fantastique : un enfant des hommes, venu d’un univers au-delà des frontières… Un enfant qui n’est peut-être pas si loin que ça. »

Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre unique, d’un livre formidable, incroyable et assez dingue. L’Histoire Sans Fin tout le monde en a déjà entendu parler. On sait où on découvre que le film des années 80-90 est tiré de ce bouquin. On s’en souviens comme d’une madeleine de Proust. On se souviens de Bastien, de ce bouquin qu’il lit dans un grenier, du médaillon et des serpents entrelacés, d’Atréyu, de son cheval, des monstres et des épreuves que le héros à du affronter. Bref on y pense comme d’une grande aventure. Toutefois, L’Histoire Sans Fin c’est bien plus que ça.

Bastien c’est ce petit garçon, un peu enveloppé qui décide de lire ce livre dans le grenier de son école pour échapper à ses camarades. C’est avec lui que l’histoire se créée, qu’elle vit et qu’elle se termine. Je trouve qu’on pourrait couper le livre en deux parties. La première partie commence par le vol du livre par Bastien et se termine lorsque la Petite Impératrice se retrouve avec Atréyu devant l’Auteur. La deuxième partie se concentre sur les aventures de Bastien au Pays Fantastique. Le livre est emprunt de magie, deux couleurs se mélangent dans le récit, l’une noire qui raconte l’histoire se passant au Pays Fantastique et une bleue qui nous narre les moments de réalité : les réactions de Bastien face aux péripéties vécues par Atréyu. De plus, j’ai appris que les 26 chapitres qui constituent le livre se découpent selon les 26 lettres de l’alphabet ! Je trouve que toute cette découpe est incroyable, on sent réellement la patte de l’auteur derrière toute cette construction littéraire. On se sent impliqué dans le récit en tant que lecteur.

L’autre aspect tout à fait formidable de ce livre c’est l’histoire en elle même. Il s’agit tout simplement de la grande aventure initiatique de deux garçons. Atréyu est obligé de vivre cette aventure car la Petite Impératrice sait qu’il doit la vivre pour pouvoir venir en aide au Pays Fantastique et à Bastien. Ce dernier doit vivre cette aventure pour grandir, pour aider son père à faire attention à lui et pour faire le deuil de la mort de sa mère. C’est une véritable école que le Pays Fantastique. De plus, chaque créature toute droit sortie de l’imagination de Michael Ende est un mélange de contes, de mythologies diverses, donc on a l’impression de les connaître, ce qui fait de L’Histoire Sans Fin un livre jeunesse et d’heroic-fantasy. L’écriture de Michael Ende est fluide, facile à comprendre, sans pour autant être infantilisante, elle est magique et nous entraîne jusqu’à la fin sans que l’on s’en rende compte.

Ce livre je l’ai découvert et aimé comme j’ai découvert et aimé Harry Potter. C’était nouveau et à la fois familier, c’était une expérience de lecture fabuleuse que je vous recommande chaudement !