Throwback Thursday Livresque

Salut les citrouilles !

Voici un nouveau rendez-vous livresque créé par BettieRoseBooks! Chaque semaine elle proposera un thème et il s’agira de présenter un livre qui  correspondra à celui-ci. Je dois vous avouer que je suis réellement ravie de ce nouveau rendez-vous ! Je cherchais un rendez-vous moins contraignant que les TTT (parce que je n’ai pas toujours 10 livres à citer malheureusement…) et quelque chose qui me permettais de parler des livres que j’ai lu. C’est un joli moyen de parler de souvenirs livresques !

Cette semaine le thème : Frissons

wp-1477553385848.jpg

Nom : Nouvelles histoires extraordinaires
Auteur : Edgar Allan Poe
Editeur : Le livre de poche
Pages : 288
Date : Mars 1972
Prix : 4 €
Site éditeur

resume« L’homme est lui-même et ce qu’il se cache. Ce secret hanta Edgar Poe. Le descendant de la maison Usher qui croit sa soeur morte, l’assassin du chat noir et William Wilson sont victimes de leur double, le cousin de Bérénice l’est de sa névrose obsessionnelle, le peintre du portrait ovale, de son art. 
Dans ces nouvelles fantastiques, prolongement des « Histoires extraordinaires« , les cadavres se promènent, un sourire ironique aux lèvres, les femmes sont ‘belles comme un rêve de pierre », et la mort clôt chaque récit. L’envoûtement est total, et pourtant la réalité est là, tangible, pour chasser l’irrationnel. Fasciné par cette oceuvre, Baudelaire l’a traduite admirablement et rendue célèbre dans le monde entier.« 

souvenir

« Nouvelles histoires extraordinaires » d’Edgar Allan Poe est sans doute le livre qui m’a le plus fait frissonner avec « Ça » de Stephen King. Je devais le lire pour les cours d’anglais en DUT Métiers du Livre et du Patrimoine, je me souviens de nuits à le lire, il n’y avait aucun bruit, c’était très particulier. J’ai tremblé à la lecture du « Chat Noir » et de « La chute de la maison Usher« , Edgar Allan Poe a une façon de raconter les choses particulière, il laisse l’esprit de son lecteur vagabonder, c’est subtil et assez angoissant. Une bonne lecture pour Halloween !

Crème anglaise – Kate Clanchy

Hello Pumpkins !

Cela fait un moment que je n’aie pas publié, mais entre les pannes-abandons-reprises de lectures diverses, ainsi que de nombreuses choses à faire, je n’ai malheureusement pas pu publier avant. Je reviens aujourd’hui avec une belle découverte aux éditions 10-18.

« «Géant de la littérature recherche jeune homme pour pousser sa chaise à roues. Logé, nourri, chambre individuelle à Hampstead. »
Quitter l’Écosse pour la très chic Londres et assister Philip Prys, « géant de la littérature » cloué dans un fauteuil roulant suite à un AVC ? Le jeune et naïf Strudan en rêvait. Mais entre la cupide ex-femme de l’écrivain, sa fille obèse et son étrange épouse, alors que le monde se métamorphose et les masques tombent, cet été caniculaire de 1989 lui réserve bien des surprises… Satire sociale féroce mais pleine de tendresse, personnages de comédie shakespearienne, humour à la David Lodge et dialogues ciselés : un premier roman jubilatoire.« 

J’avoue que je ne savais pas à quoi m’attendre en commençant ma lecture. J’ai été agréablement surprise par le ton humoristique qui se dégage tout au long du livre. C’était une belle bouffée d’air frais pour moi après deux abandons.

On a affaire a une véritable petite communauté qui gravite autour de Philipp Prys, cet écrivain brut qui vient de faire un AVC. Les personnages sont tous assez attachants (mis à part Jake que j’ai détesté et Shirin également), ils arrivent tous avec leurs casseroles et essaient tant bien que mal de vivre ensemble. Leur différences sont en réalité des forces que chacun devra savoir exploiter.

L’histoire est typique des séries anglaises humoristiques, mêlant vie quotidienne et scènes cocasses terriblement british. Le décor est planté dès les premières lignes, et l’on arrive facilement à se repérer par rapport aux personnages. La lecture est vraiment très agréable, Kate Clanchy à une plume légère et arrive à glisser de nombreuses subtilités sur les réactions des personnages, leur environnement, etc. On ne s’ennuie pas, et grâce à ce livre j’ai pu retrouver le plaisir de lire.

Je suis vraiment contente d’avoir acheté ce livre, j’y ait découvert une ambiance familière que j’aime tant et en pleine monomanie britannique, je dois vous avouer que je n’ai pas été déçue par ce livre ! Malgré tout, il m’a manqué un petit quelque chose pour que ce soit un réel coup de coeur.

Mon avis : ★★★★★

Beignets de tomates vertes – Fannie Flagg

Hello Pumpkins !

Aujourd’hui je vais vous présenter un livre qui me tient particulièrement à coeur. « Beignets de tomates vertes » de Fannie Flagg a été adapté au cinéma et j’ai toujours connu le film mais pas le livre. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas vu le film (depuis presque 10 ou 15 ans haha), alors j’ai sauté sur l’occasion lorsque j’ai vu le livre.

wp-1462877313094.jpg

« Au sud de l’Amérique profonde, en Alabama, un café au bord d’une voie ferrée… Ninny, quatre-vingt-six ans, se souvient et raconte à Evelyn les histoires incroyables de Whistle Stop. Et Evelyn, qui vit très mal l’approche de la cinquantaine et sa condition de femme rangée, découvre un autre monde. Grâce à l’adorable vieille dame, elle peut enfin se révéler, s’affirmer… Une chronique nostalgique et tendre, généreuse et colorée, pleine de saveur et d’humour. Un baume au coeur, chaud et sucré.« 

J’ai vraiment adoré ma lecture ! Le livre se découpe de plusieurs façons. L’histoire commence avec la rencontre d’Evelyn et de Ninny Threadgoode dans la maison de retraite où cette dernière n’est, semble-t-il, que de passage. Elle commence à discuter avec une Evelyn au bout du rouleau. On suit à la fois l’histoire de Whistle Stop avec les histoires des Threadgoode et du café, mais aussi l’histoire d’Evelyn Couch, de certains habitants de la petite ville à Brimingham, etc. Ce qui est très particulier avec « Beignets de tomates vertes » c’est la multitude de personnages auxquels on s’attache très facilement. Tous ont une histoire plus ou moins extraordinaire, qui remplit ce roman de couleurs et d’émotions.

Ce livre est un véritable témoignage de la vie en Alabama au début de la crise de 1929 jusqu’aux années 1970, en pleine ségrégation raciale dans l’un des Etats les plus durs envers la population noire. Il y a différentes intrigues qui enrichissent énormément le côté historique du roman. On se concentre un peu plus sur la vie des Threadgoode, notamment autour d’Idgie et de sa personnalité. J’ai été très touchée par cette femme, garçon manqué, par Ruth et Stump et nombre de personnages et leurs histoires.

Fannie Flagg a trouvé un joli moyen de nous entraîner dans cette merveilleuse vie de Whistle Stop. En effet, elle a choisi de se faire rencontrer Mrs. Couch et Ninny Threadgoode. Elles sont toutes deux très différentes, la première est négative au départ alors que la deuxième respire le positif. Cette rencontre détonante est le centre même du roman. C’est une histoire intergénérationnelle et ça m’a beaucoup plu.

« Beignets de tomates vertes » est un livre qu’on pourrait qualifier de « doudou« , la lecture est un vrai plaisir, on se sent bien dès qu’on le lit et qu’on retrouve ces personnages si attachants. C’est une histoire très nostalgique, avec un bon fond, qui fait de ce roman un « feel good book« .

Les derniers jours de Rabbit Hayes – Anna McPartlin

Bien le bonjour les citrouilles !

Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre magnifique, une perle rare, un bijou qui m’a fait trembler, sourire, pleurer, bref un véritable coup de coeur, j’ai nommé : « Les derniers jours de Rabbit Hayes » de Anna McPartlin, je remercie les éditions du Cherche Midi pour cette merveilleuse découverte.

article01

« Quand Mia, surnommée affectueusement Rabbit, entre en maison de repos, elle n’a plus que neuf jours à vivre.
Tous ses proches sont présents à ses côtés pour la soutenir. Jack et Molly, ses parents, incapables de dire adieu à leur enfant, Davey et Grace, son frère et sa sœur, qui la considèrent toujours comme la petite dernière de la famille, Juliet, sa fille de 12 ans qu’elle élève seule, et enfin Marjorie, sa meilleure amie et confidente. Au fur et à mesure que les jours passent et que l’espoir de la sauver s’amenuise, sa famille et ses amis sont amenés à s’interroger sur leur vie et la manière dont ils vont continuer sans celle qui leur apporte tant. Car, si Rabbit a elle-même perdu la bataille, celle-ci ne fait que commencer pour son entourage.« 

J’ai découvert ce livre sur le blog MyPrettyBooks, mais je n’avais pas osé me lancer dans cette lecture. J’avais peur que ça me bouleverse, mais au Salon du Livre 2016 j’ai sauté le pas ! Croyez-moi j’ai bien fait. J’ai rapidement su que ce serait un coup de coeur pour moi, j’ai même ralenti ma lecture à certains moments car je n’avais pas envie de refermer ce livre, d’arriver à la fin et de devoir tous les quitter.

En lisant ce livre on comprend l’impact que peut avoir une personne dans notre vie, comment quelqu’un peut changer votre vie en un claquement de doigt. Je crois que c’est ce qui m’a le plus touchée. On apprend aussi comment une vie peut changer en une fraction de seconde lorsque le verdict tombe : cancer. Une famille c’est un noyau, où chacun se sent impliqué lorsque l’un de ses membres ne va pas bien, souffre. Mais ce que l’on voit aussi à la lecture de ce livre c’est comment une famille toute entière se sent impuissante face à quelque chose que personne ne peut maîtriser. C’est profondément touchant, mais surtout incroyablement bouleversant. J’ai vu l’amour des parents, des frères et soeurs, des amis, leur sincérité, leurs joies, leurs peines. On est au coeur de cette famille et on ressent les choses comme si on en faisait partie.

Ce qui est formidable dans ce livre, c’est que l’on s’attache à chaque personnage, qu’on ait plus ou moins d’affinités avec eux. C’est un roman choral, où chacun à la parole, on suit leur histoire, on comprend qui ils sont et le petit plus par rapport à d’autres livres c’est que l’auteur s’est attachée à nous montrer l’essentiel, elle ne s’est pas attardée à de petits détails sans importance. J’ai véritablement adoré chaque membre de la famille de Rabbit. Mais sans doute avec une petite préférence pour Davey qui semble être le plus paumé d’entre tous. Il y a également beaucoup de flash-back et c’est quelque chose que j’adore quand je lis un livre. Revenir en arrière et voir comment on évoluer les protagonistes je trouve que ça apporte une petite chose en plus à la lecture !

Je dois vous avouez que je n’ai qu’une envie, l’offrir à tout mon entourage ! Même si ce livre est bouleversant, même si on pleure, on sourit aussi, beaucoup.

Un goût de cannelle et d’espoir – Sarah McCoy

Hello les citrouilles !

Aujourd’hui je vais vous parler d’un véritable coup de coeur : « Un goût de cannelle et d’espoir » de Sarah McCoy. J’ai découvert ce livre grâce à MyPrettyBooks.

wp-1457101597358.jpg

« Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa soeur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l’armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d’insouciance. Jusqu’à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte un petit garçon juif, échappé des camps… Soixante ans plus tard, au Texas, la journaliste Reba Adams passe devant la vitrine d’une pâtisserie Allemande, celle d’Elsie… Et le reportage qu’elle prépare n’est rien en comparaison de la leçon de vie qu’elle s’apprête à recevoir. »

Après avoir découvert ce livre sur le blog de MyPrettyBooks, j’ai eu très envie de m’y plonger. En effet, un roman historique, deux histoires parallèles mais aussi la pâtisserie, tout dans ce roman me poussait à le lire. Je suis vraiment contente de l’avoir découvert et de l’avoir lu, c’est un véritable coup de coeur. J’ai frissonné, j’ai eu les larmes aux yeux, j’ai souris aussi, bref j’ai adoré !

On suit donc deux histoires en parallèle. Celle d’Elsie dans une petite ville de l’Allemagne nazie, et celle de Reba à El Paso, Texas. Je ne sais pas laquelle des deux histoires j’ai préféré, sachant qu’elles se rejoignent et que de nombreux faits se font écho dans les deux. Elsie est jeune, un peu fougueuse et essaie tant bien que mal de marche dans les pas de sa soeur, tout comme Reba. Cette dernière est plus sauvage, plus distante et ne sait pas vraiment ce qu’elle veut. Là où j’ai tout de suite adoré le personnage d’Elsie, j’ai mis plus de temps à aimer le personnage de Reba. Sans doute parce qu’elle me renvoyait à ma propre image : celle d’une jeune femme qui s’est parfois menti à elle même et qui peine à savoir vraiment qui elle est. Mais mis à part ça, les deux personnages sont assez complémentaires et c’est formidable qu’elles se rencontrent. Elles apportent l’une à l’autre ce qui leur manquait dans leur vie. Elsie s’ouvre peu à peu et Reba apprend à se connaître et à savoir ce qu’elle veut. Les personnages secondaires sont aussi très présents. Mutti, le père d’Elsie, Jane, Riki, Deedee, bref tous ces personnages qui animent l’histoire et qui sont également des pièces importantes dans le puzzle des vies d’Elsie et de Reba.

Ce qui est très poignant, dans ce roman c’est que l’on en sait beaucoup sur la façon dont les allemands vivaient lors de cette période sombre. Je n’ai lu que peu de romans se positionnant du côté allemand, parmi eux « La voleuse de livres » et j’ai véritablement apprécié de connaître le point de vue des habitants. On se rend compte de la détresse dans laquelle ils vivaient, mais également qu’ils subissaient la situation. Tous les allemands n’étaient pas d’acoord avec la politique et les moeurs de l’époque et chacun vivait comme il le pouvait. Je n’ose même pas imaginer la terreur dans laquelle ils vivaient et le courage qu’il fallait pour cacher des personnes recherchés. De plus j’ai pu apprendre de nouvelles choses sur ce qu’il se passait sous le système nazi, comme l’existence des Lebensborn, et ce qu’il s’y passait.

L’un des points forts de ce roman c’est l’omniprésence de la boulangerie et de la pâtisserie. J’ai toujours aimé lorsque l’on parle de nourriture dans un roman. Depuis ma lecture j’ai envie de faire de Brötchen, ou des Lebkuchen ! Et ce qui est vraiment sympa c’est d’avoir les recettes de la Backereï à la fin du livre. Un jour j’essaierai de tester quelques recettes.

J’ai adoré découvrir l’histoire d’Elsie au fur et à mesure des pages, ainsi que l’avancement de Reba dans sa vie d’adulte. Pour moi c’est un roman qui a su me bouleverser, me faire rire, il m’a presque arraché une petite larme. Je suis tellement contente d’avoir découvert ce livre et son auteur. Sa plume est vraiment belle et ça me donne envie de lire d’autres titres de Sarah McCoy.