Carrie – Stephen King, du livre au film de Brian de Palma

Bonjour les citrouilles ! 

J’avais mis dans ma PAL d’Halloween ce livre de Stephen King que je souhaitais découvrir depuis un moment. Je n’avais jamais vu le film de Brian de Palma, ni le remake, j’avais donc l’opportunité de le lire avant de voir l’adaptation. Je dois vous dire que j’ai vraiment adoré ma lecture mais qu’elle m’a laissé un sentiment étrange car l’ambiance est malsaine et lugubre. J’ai tout de suite après avoir terminé ma lecture, vu le film de Brian de Palma, considéré comme l’un des plus grands films du cinéma d’horreur et de suspens. Croyez-le ou non, j’ai détesté, je vous explique pourquoi à la fin de l’article.

Carrie, de Stephen King

wp-1479297433366.jpg

Nom : Carrie
Auteur : Stephen King
Editeur : Livre de Poche
Pages : 288
Date : 1974
Prix : 7,10€
Site Editeur

resume

« Carrie White, dix-sept ans, solitaire, timide et pas vraiment jolie, vit un calvaire : elle est victime du fanatisme religieux de sa mère et des moqueries incessantes de ses camarades de classe. Sans compter ce don, cet étrange pouvoir de déplacer les objets à distance, bien qu’elle le maîtrise encore avec difficulté… Un jour, cependant, la chance paraît lui sourire. Tommy Ross, le seul garçon qui semble la comprendre et l’aimer, l’invite au bal de printemps de l’école. Une marque d’attention qu’elle n’aurait jamais espérée, et peut-être même le signe d’un renouveau !« 

monavis

Je dois vous avouer qu’à la base, je m’étais donné pour objectif de le lire pendant la période d’Halloween. Malheureusement, je ne lis pas assez vite et j’ai donc reporté ma lecture. Je n’étais pas spécialement motivée par cette lecture, non pas que je n’aime pas l’auteur ou le sujet du livre, mais j’avais un petit manque de motivation. En effet, j’avais déjà lu l’un de ses romans, « Ça » tome 1 et j’avais été captivée par son écriture. Pour autant pas de motivation. Mais dès que j’ai commencé et dépassé les 50 premières pages, je ne pouvais plus m’arrêter ! Attention aux spoilers !

Carrie est une jeune fille qui subit un calvaire depuis petite. Elle est le bouc émissaire de ses camarades de classe et ne se rebelle jamais. Sa mère est une fanatique religieuse qui n’hésite pas à enfermer sa propre fille pendant des heures dans un placard afin qu’elle expie ses péchés. De quoi être un peu tourmentée en permanence. L’histoire commence sur cette fameuse scène, où la jeune femme se fait jeter des tampons et serviettes hygiéniques à la figure alors qu’elle découvre qu’elle a ses règles, des événements étranges se déclenchent. On comprend plus tard que Carrie possède un don de télékinésie depuis sa naissance et que de nombreux événements de son enfance sont dus à ce don. Elle essaie tant bien que mal de survivre à toutes ces pressions quotidiennes. Un jour un élève très populaire, Tommy Ross l’invite au bal du lycée, Carrie voit alors ses rêves devenir réalité. Mais c’est sans compter sur la jalousie et l’inhumanité dont peuvent faire preuve les jeunes lycéennes…

Comme toute lecture dont l’auteur est Stephen King, on accroche facilement à son écriture et à sa capacité à nous emporter où bon nous semble. Il a une façon d’introduire le suspens et le lugubre dans ses romans qui est vraiment incroyable. L’histoire nous emporte et l’on s’attache facilement à Carrie malgré le fait qu’elle semble se laisser faire. On se sent révolté face à l’attitude de ses camarades, face à l’hystérie de sa mère.

J’ai trouvé que cette lecture était très particulière parce que je me suis parfois sentie oppressée et très mal à l’aise…La vie de Carrie est vraiment horrible et parfois misérable. J’ai apprécié l’attitude de Sue et Tommy, qui pour moi sont des adolescents gentils et honnêtes, je me suis vraiment attachée à eux. Chris et Billy sont des gens affreux, haineux envers ceux qui se montent contre eux, surtout Chris. Ils fomentent un plan absolument horrible, simplement pour se venger. Margaret, la mère de la jeune femme, est complètement folle, elle semble presque possédée. Sa passion religieuse amène une tension presque palpable tout au long du récit. J’ai été très troublée par la relation que Carrie et sa mère entretiennent. Margaret semble avoir peur de sa fille et tente de la réduire à moins que rien. Elle croit que le diable est partout et estime l’humanité comme un nid à démons. J’ai vraiment détesté le personnage de la mère.

J’ai beaucoup aimé ma lecture malgré le lugubre et le malsain, car après tout c’est Stephen King ! Ce qui est assez impressionnant, c’est la façon dont on ressent la tension monter. On sait d’avance qu’une catastrophe s’est passée, grâce aux extraits de livres, de journaux et de rapports qui alimentent le récit, et cela entretien le suspens du début à la fin. Si vous avez envie de frissonner, lisez-le !

05

Carrie, de Brian de Palma

04

resume

« Tourmentée par une mère névrosée et tyrannique, la vie n’est pas rose pour Carrie. D’autant plus qu’elle est la tête de turc des filles du collège. Elle ne fait que subir et ne peut rendre les coups, jusqu’à ce qu’elle ne se découvre un étrange pouvoir surnaturel.« 

monavis

Tout d’abord je dois vous dire que je n’ai pas aimé ce film. Non pas qu’il est mal réalisé ou que les acteurs ne sont pas bons, bien au contraire, c’est simplement que comparé au livre je l’ai trouvé très simpliste. Je sais très bien que l’on ne peut pas espérer ressentir les mêmes choses lorsque l’on lit un livre et lorsque que l’on regarde un film. Toutefois, j’aurais aimé ressentir plus de choses. Que je m’explique.

Le personnage de Carrie est très bien travaillé, assez bien exploité. On sent que la jeune fille est troublée, brimée, un peu trop innocente, qu’elle se laisse clairement faire sans jamais rien dire. Les autres lycéens sont plutôt réussis aussi, malgré ça, il y a d’autres personnages que je n’ai pas du tout aimé, notamment la mère de Carrie. C’est clairement le personnage le moins réussi à mon goût. Elle n’est pas assez « fanatique » pour moi, dans le roman, pas assez hystérique et j’ai clairement l’impression que ses accès de religion sont trop surjoués… Cela m’a un peu gâché le film car la moitié du roman repose sur la relation entre Carrie et sa mère et on ne ressent pas du tout ça dans le film.

Autre chose, je ne sais pas si c’est parce que le film a mal vieillit ou si c’est moi qui suis insensible mais là où durant ma lecture j’ai ressenti énormément d’émotions, telle que la peur, l’angoisse, etc lors du visionnage du film, je n’ai pas ressenti ça. Et ce n’est pas parce que je connaissais déjà l’histoire, mais parce que concrètement, ça ne fait pas spécialement peur.

Voilà, malgré quelques bons points, le reste du film n’a pas su me surprendre, j’ai été assez déçue.

02

L’Apprenti Epouvanteur – Joseph Delaney

Coucou les citrouilles !

J’espère que vous allez bien ! Aujourd’hui je vous parle d’un livre très chouette découvert grâce à Virginie du blog Pluie de Mots et Bulledop de la chaîne booktube Bulledop Bouquine : L’Apprenti Epouvanteur écrit par Joseph Delaney. J’ai lu ce livre en lecture commune avec ma copinaute Victoria du blog Un Point C’est Tout. Je dois vous dire que j’étais impatiente de commencer ma lecture, car on m’a toujours dis beaucoup de bien de cette série. Je l’ai commencée le week-end d’Halloween et cela convenait parfaitement à l’ambiance : monstres, gobelins et sorcières au programme !

img_20161023_150158.jpg

Nom : L’Apprenti Epouvanteur
Auteur : Joseph Delaney
Editeur : Bayard jeunesse
Pages : 275
Date : Mars 2005
Prix : 14,90€
Site Editeur

resume

« Thomas Ward, septième fils d’un septième devient l’apprenti de l’Epouvanteur du comté. Son amître est très exigeant. Thomas doit apprendre à tenir les spectres à distance, à entraver les gobelins, à empêcher les sorcières de nuire… Cependant, il libère involontairement Mère Malkin, la sorcière la plus maléfique qui soit, et l’horreur commence…« 

J’ai littéralement dévoré ce livre ! Tout d’abord parce que l’histoire est très prenante. Nous suivons le jeune Thomas qui, étant un septième fils dans une famille de fermiers, ne pourra jamais se voir proposer une bonne place quelque part. Lorsque l’Epouvanteur vient le chercher, le jeune Thomas est plutôt résigné face à son avenir. On ne peut pas dire qu’il soit très enthousiaste, malgré tout il ne baisse jamais les bras. Son apprentissage est difficile et l’Epouvanteur n’est pas tendre avec Thomas. Mais un jour, pris de générosité, de naïveté et parce qu’il ne connait pas tout ce qu’il faut savoir, il libère par erreur Mère Malkin, une sorcière aux pouvoirs terribles. Vont s’ensuivre de nombreuses péripéties et Thomas devra affronter le mal tout en suivant son apprentissage de futur Epouvanteur.

Thomas Ward est un personnage très attachant. Sensible, généreux, naïf, il est assez touchant. On sent qu’il a très envie de réussir dans son métier, mais qu’il est vraiment perdu. L’Epouvanteur ne lui laisse parfois pas le choix et le jeune Thomas doit apprendre de ses erreurs. M. Gregory est un personnage plein de mystères et d’ombres. Si l’on apprend quelques petites choses sur sa vie passée, il n’en reste pas moins un personnage énigmatique. J’ai hâte d’en savoir un peu plus sur ce mentor si particulier, bienveillant tout en étant distant. Le seul personnage dont je ne sais vraiment pas quoi penser c’est Alice, et Joseph Delaney ne nous aide pas vraiment à nous faire un avis sur la petite sorcière. Méchante, gentille, honnêtement, même à la fin du livre je n’ai pas réussi à me faire un avis sur la question. C’est très intéressant d’avoir glissé un personnage aussi changeant dans une histoire où le bien affronte le mal.

Ce que j’ai le plus aimé dans ce livre, après l’histoire et les personnages, c’est bien entendu l’ambiance ! On se retrouve dans un pays inconnu mais qui s’apparente pour moi à l’Angleterre, vers la fin du moyen âge je dirais. Ce royaume ou comté est sans cesse perturbé par des êtres maléfiques : gobelins, sorcières, spectres, etc. C’est vraiment très sympa de se retrouver dans ce genre d’ambiance, ça correspondait totalement à ma période de lecture : Halloween ! Il y a toujours des rebondissements, de nouvelles choses qui apparaissent à chaque chapitre. De plus, la lecture est vraiment très facile. Je dirais même qu’on peut conseiller à des enfants de 9-10 ans s’ils ne sont pas trop peureux ! Car oui il ne faut pas avoir peur pour lire L’Apprenti Epouvanteur car derrière chaque page peut surgir une créature démoniaque ! Enfin, j’ai eu la sensation de lire un conte, ma lecture était vraiment très agréable, fluide, et familière. J’ai eu la sensation de lire une histoire que j’avais entendue plus jeune, c’était vraiment sympathique.

Vous l’aurez compris j’ai vraiment adoré ma lecture. J’ai été transportée par l’ambiance, histoire, les personnages, je reste très vague sur les détails et d’autres personnages car je ne veux en aucun cas vous spoiler. Sachez cependant qu’il s’agit presque d’un coup de coeur, et que si vous voulez le lire, gardez la lumière bien allumée !

06

Throwback Thursday Livresque

Salut les citrouilles !

Voici un nouveau rendez-vous livresque créé par BettieRoseBooks! Chaque semaine elle proposera un thème et il s’agira de présenter un livre qui  correspondra à celui-ci. Je dois vous avouer que je suis réellement ravie de ce nouveau rendez-vous ! Je cherchais un rendez-vous moins contraignant que les TTT (parce que je n’ai pas toujours 10 livres à citer malheureusement…) et quelque chose qui me permettais de parler des livres que j’ai lu. C’est un joli moyen de parler de souvenirs livresques !

Cette semaine le thème : Frissons

wp-1477553385848.jpg

Nom : Nouvelles histoires extraordinaires
Auteur : Edgar Allan Poe
Editeur : Le livre de poche
Pages : 288
Date : Mars 1972
Prix : 4 €
Site éditeur

resume« L’homme est lui-même et ce qu’il se cache. Ce secret hanta Edgar Poe. Le descendant de la maison Usher qui croit sa soeur morte, l’assassin du chat noir et William Wilson sont victimes de leur double, le cousin de Bérénice l’est de sa névrose obsessionnelle, le peintre du portrait ovale, de son art. 
Dans ces nouvelles fantastiques, prolongement des « Histoires extraordinaires« , les cadavres se promènent, un sourire ironique aux lèvres, les femmes sont ‘belles comme un rêve de pierre », et la mort clôt chaque récit. L’envoûtement est total, et pourtant la réalité est là, tangible, pour chasser l’irrationnel. Fasciné par cette oceuvre, Baudelaire l’a traduite admirablement et rendue célèbre dans le monde entier.« 

souvenir

« Nouvelles histoires extraordinaires » d’Edgar Allan Poe est sans doute le livre qui m’a le plus fait frissonner avec « Ça » de Stephen King. Je devais le lire pour les cours d’anglais en DUT Métiers du Livre et du Patrimoine, je me souviens de nuits à le lire, il n’y avait aucun bruit, c’était très particulier. J’ai tremblé à la lecture du « Chat Noir » et de « La chute de la maison Usher« , Edgar Allan Poe a une façon de raconter les choses particulière, il laisse l’esprit de son lecteur vagabonder, c’est subtil et assez angoissant. Une bonne lecture pour Halloween !

Sorcière malgré elle – Méropée Malo

Bonjour les citrouilles !

Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre que j’ai bien aimé mais qui ne m’a pas trop convaincue. Je l’ai découvert en librairie et la couverture m’a tout de suite attirée l’oeil. La quatrième de couverture m’a également donnée très envie. Malgré tout, il y a deux ou trois petites choses qui m’ont déplues.

l-heritiere-des-raeven-tome-1-sorciere-malgre-elle-706174-250-400

« Pour Assia, une nouvelle vie  commence !
Assia, dix-neuf ans et bac en poche, rentre chez elle après des années en pension. Mais il n’y a personne pour l’attendre et elle apprend que toute sa famille est morte. La voilà seule au monde…
La jeune fille découvre alors qu’elle est l’héritière d’une lignée de sorcières. Elle va devoir apprendre à manier ses nouveaux pouvoirs avec pour unique professeur un vieux grimoire, puisque sa mère n’est plus là.
Assia n’est pas du genre à se laisser abattre : elle surmontera toutes les épreuves et éclaircira les circonstances qui ont mené à la mort des siens, parole de sorcière !« 

L’histoire commence plutôt mal pour Assia qui rentre chez elle après 8 ans d’absence et découvre que sa tante et sa mère sont décédées. Après 8 ans sans nouvelles, c’est un véritable choc pour la jeune fille et de nombreuses questions sur son héritage familial commencent à apparaître. Grâce à trois fidèles amis de sa famille, elle va découvrir un terrible secret : c’est une sorcière. De nombreuses rencontres bonnes et mauvaises vont rythmées la vie d’Assia et sa nouvelle vie ne va pas être de tout repos.

Ce que j’ai apprécié dans ce livre c’est l’ambiance générale, faite de magie et de secrets. L’histoire de la famille Reaven est très bien construite, il y a une belle mythologie. Les amis de la famille sont des personnages qui entretiennent cette histoire et c’est très appréciable. Le côté « magique » de ce livre est plutôt sympa. Elle se retrouve seule, elle doit tout apprendre sans savoir vraiment par où commencer. L’auteur a trouvé des décors, des détails vraiment chouettes sur la magie. C’est plutôt bien exploité ! Malgré ça, il y a une petite chose qui vient entacher tout ça…

Assia est un personnage que j’ai moyennement aimé. D’abord parce que lorsqu’elle apprend la disparition de sa mère et de sa tante, elle ne paraît pas plus bouleversée, et malheureusement ça ne me semble pas très crédible… Je sais que c’est un choix de l’auteur et surtout que cela s’explique très bien par la suite mais ça m’a parut bizarre que la protagoniste qui se retrouve sans famille, sans ressources, qui change totalement de vie et se retrouve un peu désemparée ne semble pas plus « triste »… De plus, la romance m’a clairement ennuyée… Même si j’aime beaucoup le personnage d’Alec, que je trouve très intéressant, j’ai détesté la façon dont Assia se comporte avec lui, elle est si méfiante et si « immature », elle change sans arrêt d’avis. Honnêtement ça m’a gâchée une bonne partie du livre, c’est dommage parce que ça aurait pu être amené différemment et être moins cliché.

Le style de Méropée Malo est, pour moi, trop poussif, trop alambiqué. Je sais que c’est très dur de dire ça, mais il s’agit de mon ressenti en tant que lectrice et simplement le style de l’auteur ne m’a pas trop plu. C’est un peu compliqué à expliquer mais, il y a un peu trop d’actions à mon goût. Parfois, ça part un peu dans tous les sens (notamment l’épisode de la Caravelle), et je ne comprends pas vraiment où l’auteur veut nous emmener, même si la finalité de l’action correspond souvent à une révélation. Mais ça donne l’impression que c’est fait exprès et ça m’a un peu laissée sceptique. C’est dommage parce que certaines de ces péripéties sont très intéressantes et apportent un plus à l’histoire, malheureusement elles sont peut être un peu trop survolées et pas assez exploitées.

Malgré toutes ces critiques c’est une jolie découverte prometteuse. En effet, de nombreux secrets restent encore à découvrir, l’ambiance de l’histoire est assez chouette et surtout ça m’a donné l’impression de suivre les aventures d’Assia comme dans une série TV, ce qui plutôt appréciable. C’est un véritable roman fantasy young adult, qui devrait plaire à ceux qui aime la magie et les séries TV comme Pretty Little Liars, mais que je déconseille à ceux qui rechercherais une histoire plus « magique » et plus approfondie.

Ma note : ★★★★★★

PAL et wishlist (et surprise un challenge !)

Coucou les citrouilles !

J’espère que vous allez bien. Je vous retrouve ici pour un petit article où je vous parlerais de ma PAL (Pile A Lire), de ma petite wishlist et d’un challenge !

Pile à Lire

Pour en savoir plus sur les livres que j’ai choisi, il suffit de cliquer sur l’image, un lien vous reconduira sur le site de Babelio avec résumé et infos !

1507-1111449534 ob_b3ee85_couronne9782265099401une-place-a-prendre0038514389782253096764-t

Une petite prédominance pour des histoires de sorcières, d’horreur et de suspens ! Quoi de mieux pour se mettre dans l’ambiance et préparer Halloween ? J’espère vraiment me régaler et surtout j’espère me tenir à cette PAL. J’ai parfois du mal à tenir mes objectifs car j’ai l’esprit un peu volatile mais cette fois j’ai vraiment très envie de tout lire. Je mets quand même une petite réserve sur « Carrie » de Stephen King et « Prendre Lily » de Marie Neuser car j’ai deux livres de ma Wishlist que j’aimerais lire pendant cette saison !

Ma toute petite wishlist

Et oui deux livres et seulement deux ! J’essaie au maximum de réduire mes achats livresques. J’avais pour objectif de tenir 6 mois sans achats mais, vous l’aurez compris, je n’ai pas réussi… Par contre j’ai vraiment réduit mes achats, et ça c’est franchement positif ! Je compte craquer ce mois-ci pour deux livres, une nouveauté et un classique.

  • La voleuse de secrets – Brenda Drake

la-voleuse-de-secrets-t011

Fervente lectrice, passionnée d’escrime, Gianna a perdu sa mère à l’âge de quatre ans. Elle visite pour la première fois l’Athenæum, l’une des plus anciennes bibliothèques de Boston, accompagnée de ses deux meilleurs amis, quand elle remarque le comportement étrange d’un mystérieux jeune homme. L’inconnu finit même par se volatiliser presque sous ses yeux, penché sur un volume des Plus Belles Bibliothèques du monde. Lorsque Gia s’approche à son tour de l’ouvrage, elle se retrouve transportée de l’autre côté du globe, à Paris, dans une magnifique salle de lecture dont une bête menaçante arpente les rayons, comme elle ne tarde pas à le réaliser avec un frisson…La jeune fille vient de mettre le doigt dans un terrible engrenage : une poignée de bibliothèques anciennes mène en effet vers un monde où magiciens, sorcières et créatures surnaturelles s’affrontent depuis des siècles pour éviter que le peuple des hommes ne découvre leur existence. Gia apprend qu’elle est l’une des Sentinelles chargées de protéger cette société secrète. Pire encore, qu’elle est la fille de deux de ces guerriers d’exception – une union interdite – et que sa naissance n’est autre que le présage de la fin du monde. Une malédiction qui lui interdit absolument de se rapprocher d’Arik, l’inconnu aux yeux noirs de l’Athenæum…Bestiaire fabuleux, objets magiques, voyage entre les univers… Jamais plus vous ne regarderez un vieux livre poussiéreux du même œil !

  • Les quatre filles du Docteur March – Louisa May Alcott

filles_du_dr_march-5 Aux États-Unis, pendant la Guerre de Sécession. En l’absence de leur père, pasteur nordiste engagé comme aumônier dans le conflit, quatre jeunes sœurs issues de la classe moyenne de la société font face aux difficultés de la vie quotidienne en ce temps de guerre : la raisonnable Margaret (surnommée Meg), l’intrépide Joséphine (surnommée Jo), la charitable Elisabeth (surnommée Beth) et l’orgueilleuse Amy. Elles vivent à Concord dans l’État du Massachusetts avec leur mère et leur fidèle domestique, Hannah. Autrefois riche, la famille March a été ruinée lorsque Mr. March avait aidé un ami dans ses affaires, ce qui avait entraîné la faillite. Malgré cela, la famille est heureuse et n’oublie pas d’aider plus pauvre qu’elle.

Challenge 

Johanna nous propose un super challenge pour fêter Halloween ! Comme j’ai deux de mes lectures prévues dans ma PAL qui sont en totale adéquation avec celui-ci, je me suis tout de suite inscrite ! Vous trouverez toutes les informations dont vous avez besoin ici.

Dates du challenge : Du Jeudi 27 Octobre 2016 au Jeudi 03 Novembre 2016

Les ingrédients pour une potion parfaite :

  • Pour le premier roman à lire, j’appelle l’auteur Stephen King à la barre.
  • Pour le deuxième roman, nous devons embarquer dans un univers magique.
  • Et si pour le troisième roman, nous partions faire la rencontre des vampires ?
  • Enfin pour le quatrième roman, il nous faudra chercher parmi les fantômes.

Le challenge est validé à partir de deux romans lus.

Pour participer c’est très simple: il vous suffit de vous inscrire ici (groupe Facebook).

Je compte lire « Carrie » de Stephen King et « Soeurs sorcières » de Jennifer Spotswood pour ce challenge !

J’espère vraiment réussir à lire tous ces livres, je suis une petite lectrice, mais je me laisse le temps d’y arriver ! J’ai vraiment choisi ces livres pour leur ambiance et j’ai hâte de commencer toutes ces nouvelles lectures !

Souhaitez-vous participer ?
Quelles seront vos prochaines lectures ?

Harry Potter and The Cursed Child – J.K. Rowling, Jack Thorne et John Tiffany

Bonjour les citrouilles !

Aujourd’hui je vais vous parler d’un livre spécial, attendu de tous, le dernier d’une série et une nouvelle histoire à la fois. Je pense que ça va être particulier d’en parler. Attention, quelques spoilers dans cet article !

Être Harry Potter n’a jamais été facile et ne l’est pas davantage depuis qu’il est un employé surmené du Ministère de la Magie, marié et père de trois enfants. Tandis que Harry se débat avec un passé qui refuse de le laisser en paix, son plus jeune fils, Albus, doit lutter avec le poids d’un héritage familial dont il n’a jamais voulu. Le destin vient fusionner passé et présent. Père et fils se retrouvent face à une dure vérité : parfois, les ténèbres surviennent des endroits les plus inattendus.

J’avoue que je ne sais pas bien par où commencer. J’ai ressenti tellement de choses incroyables… J’ai d’abord été émue de lire de nouvelles aventures, de me replonger dans cet univers si familier et pourtant de découvrir quelque chose de totalement nouveau. Ce qui m’a plu d’emblée c’est que le livre ne se concentrait pas uniquement sur le Golden Trio mais sur le deuxième enfant d’Harry Potter. J’ai trouvé que c’était vraiment intéressant de ce focaliser sur ce personnage. On se retrouve à suivre ses aventures et l’on redécouvre Poudlard et le Wizarding World à travers les yeux d’Albus, tout en restant assez proche d’Harry et d’autres personnages importants de la saga d’origine.

Ce qu’il faut savoir c’est qu’il s’agit d’une pièce de théâtre, ce n’est pas un roman ni une nouvelle. Il y a très peu, voire pas du tout, de moments de narration. Les seuls moments de descriptions se situent dans les didascalies. Personnellement ça ne m’a pas du tout gênée. J’aime lire du théâtre, même si j’en lis très rarement, je trouve que c’est agréable à lire, c’est fluide et rythmé. Mais je crois, d’après ce que j’ai lu, que cela n’a pas plu à tout le monde.

Parlons maintenant de l’histoire : j’ai tout simplement adoré. J’ai trouvé que cette pièce était pleine de fraîcheur, une toute nouvelle intrigue avec de nouveaux personnages. Le seul petit défaut que je pourrais reprocher à ce livre est que certains éléments font clairement écho à des passages que j’ai déjà lu dans la saga originale. Pour le coup, les personnages sont bien fouillés, certains moments sont totalement nouveaux et très inventifs, mais il y a deux ou trois passages où je me suis dit : : »c’est cool, mais j’ai déjà vu ça ». Après le principal sujet de l’histoire n’est pas tant contre qui on va se battre et qui est gentil ou méchant mais bien la relation d’un père célèbre avec son fils plus marginal (dans le bon sens du terme). J’ai vraiment apprécié que l’on aborde le sujet de l’héritage qu’un parent célèbre peut laisser à son fils qui n’en a pas voulu et qui cherche à exister par ses propres moyens.

Le personnages d’Albus n’est pas mon préféré mais il est très attachant et semble faire son possible pour exister au travers de ce que son père a essayé de lui transmettre. Il tente de faire ses propres choix et de ne pas se laisser influencer par l’image que peut véhiculer sa famille et son entourage. Malgré tout, son entêtement, sa jeunesse, sans doute, m’ont parfois agacée. On retrouve le Golden Trio dans toute sa splendeur, même si j’ai trouvé le personnage de Ron un peu en retrait face à une Hermione très impressionnante et un Harry fidèle à lui même. Ce qui m’a fait plaisir c’est de voir le personnage de Ginny plus aboutit que dans les films et parfois dans les livres. Mais celui que j’ai préféré à tous ceux-là, c’est Scorpius Malfoy. Sans vouloir en dire trop, j’ai adoré ce personnage totalement marginal, qui se fiche pas mal de l’image qu’il  auprès des autres et qui vit de nombreuses épreuves difficiles. Il m’a fait pensé à Neville, tout en étant moins timide et plus téméraire (quoique ça dépend des moments). Pour moi, même s’il appartient à la maison Serpentard, il a véritablement l’âme d’un Gryffondor. J’ai eu un véritable coup de coeur pour Scorpius.

J’ai lu quelques critiques après ma lecture et je me suis rendue compte que beaucoup de fans avaient été déçus. Nombreux ont trouvé qu’il s’agissait plus d’une fan-fiction que d’un nouveau chapitre. Pour le coup, et je tiens à le dire, je ne suis pas du tout d’accord. Pour moi si J.K Rowling a validé le projet, y a participé et en fait la promotion c’est que ça correspond à son univers. Il ne faut pas oublier que c’est elle qui a créé toute cette saga et si elle estime que cette nouvelle histoire colle a ce qu’elle a su inventer alors je dis banco. Ça ne m’empêche pas d’être critique sur certains points, notamment des passages qui m’ont semblé familiers. Après pour moi, le fait le l’auteur soit d’accord avec ce nouveau récit c’est un gage de qualité et je trouve ça un peu dur de dire qu’il s’agit d’une fan-fiction.

J’ai été très émue par cette nouvelle histoire, j’ai cherché à ne pas le lire trop vite, à tout comprendre car la lecture en V.O n’est pas mon fort mais je me suis prise dans ce tourbillon de nouveauté et de plaisir que l’on ressent lorsque l’on se plonge dans les aventures du plus célèbre des sorciers à lunettes.

L’héritage des rois passeurs – Manon Fargetton

Bonjour bonjour les citrouilles !

Si vous m’avez suivie sur Twitter ces derniers temps, vous avez pu remarquer que j’ai beaucoup parlé d’un certain livre. Ce dernier est incroyable, il n’est pas comme les autres, une jolie perle fantasy, un roman poignant et impressionnant dans sa qualité d’écriture, son scénario, et ses personnages hauts en couleur ! Bref, vous pouvez devinez mon avis, mais je vais vous expliquer pourquoi je pense tout ça :

« Ombre, univers peuplé de magie, et Rive, le monde tel qu’on le connaît, sont les deux reflets déformés d’une même réalité. Énora est unique : elle peut traverser d’un monde à l’autre. Lorsque sa famille est brutalement décimée par des assassins masqués, elle se réfugie au seul endroit où ses poursuivants ne peuvent l’atteindre. Au royaume d’Ombre, sur la terre de ses ancêtres. Là-bas, Ravenn, une princesse rebelle, fait son retour après neuf ans d’exil passés à chasser les dragons du grand sud. Sa mère, la reine, est mourante. Ravenn veut s’emparer de ce qui lui revient de droit : le trône d’Ombre. Et elle n’est pas la bienvenue. Deux mondes imbriqués. Deux femmes fortes, éprouvées par la vie. Deux destins liés qui bouleverseront la tortueuse histoire du royaume d’Ombre…« 

Ces derniers temps, j’ai vraiment eu du mal à trouver des livres qui me donnent envie d’aller jusqu’au bout. Non pas que je trouve ces romans mauvais, bien au contraire, mais je crois que cela tiens au fait que j’ai beaucoup de choses qui me trottent dans la tête et du coup je suis sans doute moins attentive à mes lectures. Sauf que, ces derniers temps j’ai eu une envie de fantasy, j’ai donc pioché dans ma PAL le très beau « L’héritage des rois passeurs » que j’avais très envie de lire depuis un bon moment. J’ai bien fait ! Après 5 livres mis en pause, j’ai dévoré celui-ci ! C’est un énorme coup de coeur pour moi !

Dès les premières lignes on plonge directement un royaume inconnu, où l’on découvre Ravenn voltigeuse de renom dans des contrées éloignées. On comprend rapidement que son identité est toute autre et l’on dirige donc vers la capitale du royaume : Astria. En parallèle on va découvrir Enora et sa personnalité bien trempée de retour en Bretagne. Un événement des plus tragiques va faire découvrir le royaume d’Ombre à Enora et deux frères, rencontrés peu de temps avant. L’arrivée sera difficile, semée d’embûches, pleine de zones d’ombre. On apprend également que nombres de personnages cherchent à servir leurs propres intérêts pour garder le pouvoir entre leurs mains.

Ce que j’ai tout de suite apprécié c’est la facilité avec laquelle j’ai réussi à complètement m’immerger dans « L’héritage des rois passeurs« . C’est dû, notamment, à la qualité d’écriture de Manon Fargetton. Sa plume est belle et claire, elle va droit au but, ne s’encombre pas de fioritures inégales comme ça peut parfois être le cas en fantasy. Sa façon d’amener certaines situations est vraiment intéressante, elle le fait avec subtilité et force. On se rend compte qu’à de nombreuses fois, elle nous a mené en bateau et c’est ça qui est vraiment génial ! On ne sait jamais si l’opinion qu’on se fait de certains personnages est fondée ou non, j’ai beaucoup aimé cet aspect du roman.

Manon Fargetton propose une histoire proche de celle de « La quête d’Ewilan » (oui désolé je n’ai pas pu m’empêcher de faire le rapprochement), tout en se concentrant sur plusieurs personnages centraux, il n’y a pas qu’une seule héroïne qui cherche à sauver un royaume mais plusieurs avec chacun une personnalité bien définie, un caractère bien trempé, ils portent le roman de la première à la dernière page. Bien que j’ai adoré le personnage de Ravenn, je n’ai pas trop aimé Enora, j’ai préféré Charly et Julian que je trouve formidables. Jana, quant à elle est spéciale et je n’ai pas réussi à savoir si je l’aimais bien ou pas, mais Hank reste mon personnage préféré, totalement emprunt de mystère, il ne divulguera son jeu que plus tard. L’auteur aborde le thème LGBT, l’amour impossible, le choix d’embrasser son destin de souverain, celui de la vengeance, etc. Des thèmes qui sont forts et poignants et certains passages m’ont serrée le coeur. Je trouve qu’il y a énormément de sincérité dans ce roman.

Entre complots et mystères, le suspense est à son comble jusqu’à la dernière page. Le scénario est très bien ficelé et l’enchaînement des situations est tel que l’on ne s’ennuie jamais. Ce qui m’a beaucoup plu c’est que ce roman va nous parler d’histoires de famille, de la responsabilité de nos actes, de la moralité d’une vengeance : des thèmes assez profonds, entourés d’une aura étrange et fantastique. Car Manon Fargetton a construit une belle mythologie et une belle histoire autour du royaume d’Astria, c’est très intéressant et ça donne vraiment envie d’en savoir plus !

Vous l’aurez compris c’est un véritable coup de coeur pour moi. Cela faisait très longtemps que je n’avais pas lu de fantasy, notamment car je trouvais que certains romans manquaient de dynamisme, ici c’est tout à fait le contraire : les actions s’enchaînent, les personnages sont travaillés, il y a du suspens jusqu’au bout ! Je suis vraiment contente d’avoir lu ce livre, de m’être laissée porter par cette fabuleuse histoire. Je conseille ce livre à tous ceux qui souhaiteraient découvrir le genre « fantasy« .

Ma note : ★★★★★
Coup de coeur

P-S : Le petit plus, une superbe mise en page de la maison d’édition Bragelonne !